Aller au menu Plan du site

Le combat de la marine marchande

Accueil · Le combat de la marine marchande
Contexte
Les membres de la marine marchande ont parcouru les mers pendant les six années qu'a duré la Seconde Guerre mondiale afin de ravitailler les forces alliées. Ces marins civils ont été les cibles des attaques ennemies au même titre que les militaires. Au lendemain du conflit, une autre bataille commence pour les marins puisqu'ils tentent d'obtenir le statut d'ancien combattant. Ce statut leur est accordé le 1er juillet 1992. Il s'agit toutefois d'une reconnaissance symbolique puisqu'ils n'obtiennent aucune indemnité. Pour Don Roach, un ancien membre de la marine marchande, le combat continue, plus de 50 ans après la fin de la guerre.

La bataille de l'Atlantique constitue un enjeu majeur de la Seconde Guerre mondiale. Le ravitaillement de la Grande-Bretagne en munitions, armes et pétrole va jouer un rôle déterminant dans l'issue de la guerre. L'Allemagne, avec ses redoutables U-boots (sous-marins), sème la terreur dans les mers en torpillant les navires de convois marchands. À partir de mai 1943, les forces alliées tiennent les Allemands à distance des convois grâce à des navires anti-sous-marins équipés de nouveaux types de radars, dont plusieurs sont construits dans les chantiers navals du Canada.

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, il n'existe aucun programme de pensions pour les anciens combattants blessés au combat ou leurs familles. Des associations de vétérans, regroupées en 1925 sous la bannière de la Légion royale canadienne, exercent des pressions auprès d'Ottawa. Les demandes des vétérans aboutissent en 1930 avec l'adoption de la Loi sur les allocations aux anciens combattants.

La Seconde Guerre mondiale crée de nouvelles demandes. Mais cette fois, dès le début du conflit, la Légion royale canadienne se prépare pour le retour des troupes, obtenant d'importantes compensations financières, des allocations vestimentaires, la priorité d'emploi dans la fonction publique, l'octroi de terres. Créé en 1944, le ministère des Anciens Combattants administre les pensions des vétérans et s'occupe de leurs intérêts (logement, aide sociale, soins médicaux).
Le saviez-vous?
• De 1939 à 1945, l'Allemagne perd plus de 700 U-boots et 32 000 marins, tandis que pour les Alliés, le bilan est de 3 000 navires torpillés et 40 000 marins noyés.

• De 1939 à 1943, les sous-marins allemands possèdent un avantage considérable sur les navires d'escorte alliés. Ils peuvent s'approcher des convois sans être vus, faire feu et s'échapper assez facilement. Afin de parer à leurs attaques dévastatrices, les forces alliées développent des systèmes de détection pour repérer les U-boots à une plus grande distance.

• Fondée en 1925 à Winnipeg, la Légion royale canadienne vise à fournir une voix aux anciens combattants de la Première Guerre mondiale et aviser le gouvernement sur des questions se rapportant aux vétérans.

• Le 11 novembre de chaque année, la Légion royale canadienne organise des services commémoratifs à travers le Canada pour honorer les soldats canadiens décédés pendant les deux guerres mondiales, la guerre de Corée de même que dans les missions de maintien de la paix.

• Le 11 novembre 1918 est le jour de l'armistice, signé dans un train de la gare de Rethondes dans la forêt de Compiègne, qui marque la fin de la Première Guerre mondiale. En 1931, le Parlement canadien adopte une loi selon laquelle l'anniversaire de l'Armistice serait célébré le 11 novembre de chaque année, date dorénavant nommée « jour du Souvenir ».

• Symbole international à la mémoire des soldats morts à la guerre, le coquelicot devient la fleur du souvenir peu après la Grande Guerre. Chaque année, au début de novembre, la Légion royale canadienne organise sa « campagne du coquelicot » afin de recueillir des fonds pour venir en aide aux anciens combattants et à leurs familles.
Infos

Le combat de la marine marchande

Média : Télévision

Émission : Ce soir

Date de diffusion : 11 novembre 1997

Invité(s) : Don Roach

Ressource(s) : Guy Leblanc

Durée : 2 min 28 s

Dernière modification :
6 novembre 2003