Aller au menu Plan du site

Fiasco Bre-X : c'est la faute à...

Accueil · Fiasco Bre-X : c'est la faute à...
Contexte
Alors qu'on apprend que les analyses géologiques ont très certainement été falsifiées, les journalistes Francine Plourde et Daniel Bordeleau soulèvent une question de taille : qui est responsable de cet immense fiasco financier? Avec un aplomb incroyable, Pierre Brunet, président de Lévesque Beaubien Geoffrion, répond que ce sont les investisseurs eux-mêmes qui doivent être tenus pour responsables de leurs pertes. Ils n'avaient qu'à ne pas s'emballer pour un titre ou pour un autre, semble dire l'homme d'affaires.

Outre les milliers de particuliers, les grands perdants de la fraude Bre-X sont les caisses de retraite qui ont investi massivement dans l'opération. Ainsi, l'Ontario Teachers Pension Plan Board a perdu 100 millions de dollars, l'Ontario Municipal Employees Retirement Board, 45 millions, le Newfoudland Public Sector Pension Plan, 5 millions, le Halifax Regional Municipality Pension, 1,5 million et l'Edmonton Telephone Endowment Fund, 750 000 $. Quant à la Caisse de dépôt et placement du Québec, ses pertes s'évaluent à 70 millions.
Le saviez-vous?
• Le 8 mai 1997, la compagnie Bre-X se place sous la protection de la loi sur les faillites en Alberta. La mesure touche également les deux autres sociétés fondées par David Walsh, Bresea Resources Minerals et Bro-X.

• Au même moment, la Gendarmerie royale du Canada décide d'ouvrir une enquête sur l'affaire Bre-X et envoie des agents en Indonésie pour tenter de faire la lumière sur l'affaire.

• De son côté, la Commission des valeurs mobilières du Québec annonce, le 9 mai 1997, qu'elle va entreprendre des consultations auprès de l'industrie minière québécoise afin de mesurer l'impact du scandale Bre-X. Au nombre des organismes participant à ces consultations, on compte la Bourse de Montréal, l'Association minière du Québec et l'Association des prospecteurs miniers du Québec.

• Bre-X, son président David Walsh et son vice-président en chef John Felderhof nieront toujours avoir été au courant du salage (méthode qui consiste à ajouter des particules d'or aux échantillons) des extractions de la propriété de Busang. Dans un communiqué du 4 mai 1997, David Walsh dit partager le choc et l'émoi des investisseurs, affirmant que l'entreprise fera tout pour comprendre ce qui s'est passé.

• Pourtant, un fonds spécial de cinq millions de dollars avait été créé en décembre 1996, dont la fonction était de couvrir les frais juridiques que pourraient engager les sept dirigeants et administrateurs.
Infos

Fiasco Bre-X : c'est la faute à...

Média : Radio

Émission : Les Affaires et la Vie

Date de diffusion : 5 avril 1997

Invité(s) : Pierre Brunet

Ressource(s) : Daniel Bordeleau, Francine Plourde

Durée : 9 min 41 s

Dernière modification :
25 novembre 2008