Aller au menu Plan du site

Pour ou contre une libéralisation de l'homosexualité?

Accueil · Pour ou contre une libéralisation de l'homosexualité?
Contexte
Dans une émission diffusée à l'antenne de Radio-Canada, Bernard Derome confie à l'animateur la difficulté qu'il a eue à trouver des homosexuels prêts à parler à visage découvert devant la caméra. Les homosexuels n'affichant pas publiquement leur orientation, le journaliste et son équipe ont dû passer par leurs proches pour établir un contact avec eux.

La réforme de Trudeau en matière d'homosexualité s'inspire d'une étude et d'une loi britanniques. En 1957, le comité Wolfenden, chargé d'enquêter sur les délits homosexuels et la prostitution, établit une distinction entre les sphères publique et privée. Il conclut que les relations sexuelles entre deux hommes en privé ne relèvent pas du domaine du droit mais bien de la morale. En conséquence, il recommande qu'elles soient décriminalisées. Elles le seront en juillet 1967, avec l'adoption du Sexual Offences Act.

La décriminalisation partielle de l'homosexualité suscite beaucoup de débats, tant sur le plan politique que social. Certains opposants considèrent les homosexuels comme des délinquants sexuels dangereux. D'autres déclarent que la libéralisation de la loi constituerait une menace à la famille et encouragerait le vice.

Dans l'ensemble, le milieu psychiatrique accueille la réforme de manière favorable. Ses représentants estiment qu'elle permettra de venir en aide aux homosexuels, qu'ils considèrent comme des gens malades.

L'adoption du projet de loi C-150 semble avoir peu d'impact sur la vie quotidienne des homosexuels. La discrimination et la répression policière sont toujours présentes. Elle a toutefois le mérite de rendre la communauté gaie plus visible de par les nombreux débats qu'elle a suscités. Elle favorisera l'émergence des mouvements de libération gaie et lesbienne au Canada au début des années 1970.
Le saviez-vous?
• L'affaire Everett Klippert a influencé la révision du Code criminel canadien. Klippert est accusé de grossière indécence avec des adultes pourtant consentants après avoir avoué être un homosexuel actif. La Cour suprême le déclare délinquant sexuel dangereux et le condamne à la prison à vie en 1967. L'affaire fait réagir les journaux de l'époque. La même année, Trudeau déclare que « l'État n'a pas sa place dans les chambres à coucher du pays ». Klippert est libéré en 1971.

• L'opposition de certains milieux catholiques francophones se fait virulente. À la veille de l'adoption du projet de loi en mai 1969, un regroupement d'associations catholiques du Québec envoie 70 000 cartes postales à Trudeau. Ils demandent notamment le retrait de la clause sur l'homosexualité, estimant que celle-ci doit être soignée, et non légalisée.
Infos

Pour ou contre une libéralisation de l'homosexualité?

Média : Télévision

Émission : Dossier

Date de diffusion : 25 novembre 1968

Invité(s) : André Baudry, Jean-Baptiste Boulanger, Antonio Lamer, Jean Lemoyne, Bernard Mailhot, Marc Oraison

Ressource(s) : Bernard Derome

Durée : 11 min 06 s

Dernière modification :
5 octobre 2007