Aller au menu Plan du site

Léo Ferré, les femmes, les chiens et les chimpanzés

Accueil · Léo Ferré, les femmes, les chiens et les chimpanzés
Contexte
Né à Monaco en 1916, Léo Ferré est une figure de proue de la chanson française, aux côtés des Jacques Brel et Georges Brassens. L'auteur-compositeur-interprète accorde une entrevue à Andréanne Lafond alors qu'il est de passage au Québec, au début de l'année 1970. Cet extrait d'un entretien qui dure près d'une heure nous fait découvrir un homme plutôt misogyne et qui semble avoir plus d'amour pour les animaux, et surtout son fameux chimpanzé Pépée, que pour les êtres humains.

Sa carrière débute en 1946, mais il atteint la notoriété au début des années 1960, alors qu'Eddy Barclay le prend sous son aile. C'est aux éditions de disques Barclay que Ferré enregistre des grands succès tels que Jolie môme et Paname.

Dans la mouvance du mouvement contre-culturel des années 1960, l'homme se politise, se rapprochant de la gauche et, surtout, du mouvement anarchiste auquel il demeure fidèle jusqu'à la fin de sa vie.

Ferré compose de nombreux textes, mais il interprète également ceux des autres, de Jean-Roger Caussimon, par exemple, mais surtout des poètes Aragon, Verlaine, Baudelaire, Rimbaud. S'il est une année charnière dans la carrière de Ferré, c'est bien 1968. Outre la publication de Je donnerais dix jours de ma vie, de l'Introduction à l'anarchie et d'un recueil de textes aux éditions Tchou, il se sépare de sa femme, s'installe avec sa troisième compagne, donne de nombreux concerts en France et une tournée en Algérie.

Mais l'année 1968, c'est avant tout le mois de mai et la rencontre avec les jeunes. Malgré son âge – il a 52 ans – Ferré vit une osmose avec la jeunesse contestataire. Il participe au mémorable spectacle le 10 mai 1968, à la Mutualité, célèbre lieu de rassemblement des étudiants pendant les événements de mai, et devient le chantre du mouvement contre-culturel de ces années. Il lui consacre, en 1969, l'album L'été 68, dans lequel on retrouve une de ses plus célèbres chansons, C'est extra.
Le saviez-vous?
• Le chanteur s'entoure d'animaux. Alors qu'il vit à Paris, il a deux gros saint-bernard. Pépée, le chimpanzé femelle que Léo Ferré adopte en 1961, est comme une enfant pour le couple que forment Léo et Madeleine Ferré. L'anarchiste s'attendrit quand il parle de son singe, pour qui il a d'ailleurs écrit une chanson posthume. Lorsque le couple se sépare en 1968, après 18 ans de vie commune, Madeleine fait abattre la bête, qui était blessée et malade, ainsi que leurs autres animaux.

• Léo Ferré fait référence à l'unique entrevue que Georges Brassens, Jacques Brel et lui ont donnée ensemble. Organisée par le journaliste François-René Cristiani et immortalisée par le photographe Jean-Pierre Leloir, l'interview a été diffusée en partie sur les ondes de la radio RTL, puis éditée dans le magazine Rock & Folk (no 25, février 1969).

• Vers la fin de l'entrevue, Ferré lance l'idée d'un spectacle à trois. Si Brel et Brassens se montrent emballés sur le coup, ils ne donneront pas suite au projet, ce qui laisse un goût amer à Ferré.

• Outre Paris, ville qu'il aime et qui habite ses chansons, trois lieux sont identifiés à la vie de Léo Ferré. Vers la fin des années 1950, il achète l'île du Guesclin, sur les côtes bretonnes. Il s'installe, dans les années 1960, avec sa deuxième femme au château de Perdrigal, une vieille propriété dans le département du Lot, qui n'a de château que le nom. Enfin, avec sa troisième conjointe Marie-Christine, il s'installe en Italie, à la fin des années 1960, à Castellina-in-Chianti où il vivra jusqu'à sa mort, le 14 juillet 1993.
Infos

Léo Ferré, les femmes, les chiens et les chimpanzés

Média : Télévision

Émission : Le Sel de la semaine

Date de diffusion : 5 février 1970

Invité(s) : Léo Ferré

Ressource(s) : Andréanne Lafond

Durée : 13 min 46 s

Dernière modification :
2 juin 2008