Aller au menu Plan du site

Des millions pour informatiser les écoles

Accueil · Des millions pour informatiser les écoles
Contexte
En décembre 1983, après un appel d'offres précipité auquel répondent en catastrophe une quinzaine d'entreprises, le fabricant d'ordinateurs québécois Comterm est choisi pour fournir 9000 ordinateurs aux écoles du Québec, nous apprend ce reportage. Le produit, l'ordinateur Max, est conçu en collaboration avec l'entreprise française Matra. Le consortium franco-québécois Comterm-Matra bénéficie d'une manne gouvernementale de 30 millions, soit 20 % d'un plan quinquennal du ministère de l'Éducation (MEQ) du gouvernement péquiste au pouvoir, visant à informatiser les écoles.

Annoncé en grande pompe, malgré une grogne du milieu dès la première heure, le projet d'informatisation des écoles, échu à Comterm-Matra, est un échec retentissant dont on parle encore de nos jours. Comterm fabrique bel et bien 9000 ordinateurs baptisés Max, mais ceux-ci sont incompatibles avec les ordinateurs IBM qui dominent le reste du parc informatique québécois et canadien. À peine sortis de l'usine, ils sont déjà désuets et présentent de sérieux problèmes. Certains ne sortiront même jamais de leurs boîtes.

Après cet échec, il faut attendre le milieu des années 1990 pour que le manque d'ordinateurs dans les écoles refasse les manchettes. Les écoles du Québec ont deux fois moins d'ordinateurs qu'elles ne le devraient, selon un rapport de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) de 1995.

En juin 1996, la ministre de l'Éducation Pauline Marois lance un plan d'intervention sur les NTIC (nouvelles technologies de l'information et de la communication). En cinq ans, le gouvernement québécois compte investir près de 320 millions de dollars pour l'achat d'équipement informatique à des fins pédagogiques.
Le saviez-vous?
• L'échec des ordinateurs Max a des répercussions graves sur l'entreprise québécoise Comterm. Même si celle-ci obtient un contrat de deux millions de dollars d'Emploi et Immigration Canada en 1989, elle est acculée à la faillite en 1990.

• Comterm avait été une des vedettes du Régime d'épargne-actions du Québec (REA), un programme d'investissements pour les PME québécoises lancé par le gouvernement péquiste à la fin des années 1970. Elle ne fut pas la seule entreprise ayant bénéficié du REA dans les années 1980 à avoir déclaré faillite ou à avoir fermé ses portes.

• En 1991, une ancienne employée de Comterm poursuit les trois administrateurs de l'entreprise maintenant disparue. Louise Masson dépose un recours collectif afin de récupérer son salaire et ses avantages sociaux non payés ainsi que ceux de ses 173 collègues. Six ans plus tard, John Thompson, Jacob Gornitzki et Dolliver H. Frederick sont condamnés à indemniser, de leur poche, 141 anciens employés de Comterm.

• Matra est le constructeur du premier micro-ordinateur français, l'Alice 32. Construit en 1983, l'Alice 32 a une capacité de 4 ko de RAM et une vitesse de traitement de 0,89 MHz. La génération suivante, l'Alice 90, monte à 40 ko de RAM. Matra est une entreprise publique française qui sera privatisée en 1986-1987, lorsqu'elle formera un consortium avec Comterm.
Infos

Des millions pour informatiser les écoles

Média : Radio

Émission : Le Magazine économique

Date de diffusion : 10 décembre 1983

Invité(s) : Robert Piquette, Jean Pronovost, Aline Royer

Ressource(s) : Jean Giroux, Lucie Jean, Michaëlle Jean, Réginald Martel, 1 1

Durée : 15 min 01 s

Dernière modification :
10 avril 2008