Aller au menu Plan du site

Adieu parc Belmont!

Accueil · Adieu parc Belmont!
Contexte
C'est en 1923 que le célèbre parc d'attractions ouvre ses portes. Le parc Belmont a installé ses pénates à Cartierville, au nord-ouest de Montréal. Il devient rapidement le rendez-vous des amateurs de sensations fortes et de manèges. En 1924, le prix d'entrée est de 10cents pour les adultes, de 5 cents pour les enfants. La grande roue et le carrousel sont parmi les premiers manèges à faire vibrer le cœur des gens. En 1924, c'est l'entrée en scène de l'un des manèges les plus populaires, les montagnes russes, appelé communément « le scénique ».

Après les années 1930, « le scooter volant », « le rotor », « le tapis magique », « le tourbillon », « la pirouette », « le caracole », « le rapido », « le marteau », « le trabant », « le petit train », « le safari » feront les délices des visiteurs. Mais une sortie au parc Belmont ne peut être réussie sans une visite de « la maison hantée ». Les souvenirs de l'ambiance frénétique, du rire mémorable de « la reine » du parc Belmont, de l'odeur sucrée de la barbe à papa et des balades le long de la rivière des Prairies demeurent impérissables. L'extrait en témoigne d'ailleurs.

Les problèmes du parc Belmont débutent dès la création de La Ronde, lors de l'exposition universelle de 1967. Malgré une année record, en 1972, de 750 000 entrées, le nombre de visiteurs diminue progressivement. Même l'arrivée de nouveaux manèges ne suffit plus à maintenir l'achalandage. En 1979, l'accident du manège « paratrooper » blesse deux enfants et ruine l'image de l'institution. Elle vieillit mal. L'été avant sa fermeture, le parc Belmont n'obtient que 316 000 entrées.

Avec les plaintes d'un voisinage résidentiel, une descente de police, qui nuit à sa réputation, et une hausse des taxes, le parc Belmont est condamné à fermer ses portes le 13 octobre 1983.
Le saviez-vous?
Le père de l'ancien premier ministre Pierre-Elliot Trudeau, Charles, a déjà été l'un des propriétaires du parc Belmont vers les années 30. Le parc d'attractions a souvent changé de mains, mais le propriétaire le plus stable a été la famille Gauvreau, qui en a eu la propriété pendant plus de quarante ans.

Plusieurs paroles de chansons parlent du parc Belmont. En 1979, Diane Dufresne interprète une chanson de Luc Plamondon, Le parc Belmont. « Quand j'étais enfant, je voulais toujours qu'on m'emmène au parc Belmont », chante-t-elle. « Pour moi, c'était la vie, c'était la fête. C'était beau comme dans ma tête. » Le groupe Beau Dommage et le poète Lucien Francoeur y font aussi référence.

En 1979, la Sûreté du Québec juge que les propriétaires du parc Belmont et de La Ronde contreviennent à la loi en tenant des maisons de jeux et une loterie illégales. L'escouade des alcools et de la moralité effectue une descente et procède à plusieurs arrestations d'opérateurs et de cadres. Le parc Belmont poursuit les responsables de cette perquisition pour négligence, mais trop tard, le mal est fait. La réputation du parc est entachée.
Infos

Adieu parc Belmont!

Média : Télévision

Émission : Aujourd'hui (1962-1969)

Date de diffusion : 6 septembre 1963

Durée : 7 min 08 s

Dernière modification :
3 décembre 2008