Aller au menu Plan du site

La difficile adaptation d'une immigrante

Accueil · La difficile adaptation d'une immigrante
Contexte

Une jeune femme de 24 ans, qui vit hors de son pays natal depuis trois ans pour des motifs politiques, qui a été abandonnée par ses parents, aujourd'hui décédés, et est en quête de la découverte de ce « beau, mais pénible Québec », écrit au docteur Cloutier dans l'espoir qu'il pourra l'éclairer dans la recherche d'un sens à sa vie.

Le docteur Cloutier explique que cette correspondante fait face à deux problèmes, l'un d'ordre personnel et l'autre sociologique. Il estime, entre autres, qu'il faut faire l'éducation du grand public, tout en mettant en place les structures sociales et législatives nécessaires pour aider les immigrants. Selon lui, ces structures seront utiles seulement si la population peut accepter les immigrants, non pas avec paternalisme ou charité chrétienne, mais bien parce que l'immigration est une donnée fondamentale de la vie canadienne.

Le saviez-vous?

• Du lendemain de la Seconde Guerre mondiale jusqu'au début des années 1960, les plus importantes vagues d'immigration au Québec sont essentiellement européennes. Britanniques, Italiens, Allemands, Autrichiens, Français, Grecs et Hongrois entre autres viennent s'installer dans la province.

• Selon la Constitution canadienne, l'immigration est à la fois de compétence fédérale et provinciale. Mais ce n'est qu'à partir de 1965, avec la création d'un service de l'immigration relevant des Affaires culturelles, que le gouvernement québécois cherche à mener sa propre politique en la matière et à favoriser une immigration capable de s'intégrer à la majorité francophone. Le ministère de l'Immigration du Québec est mis sur pied en 1968.

Infos

La difficile adaptation d'une immigrante

Média : Radio

Émission : Un homme vous écoute

Date de diffusion : 11 novembre 1968

Invité(s) : François Cloutier

Ressource(s) : Colette Devlin

Durée : 13 min 08 s

Dernière modification :
8 août 2008