Aller au menu Plan du site

Ces gens venus de Russie

Accueil · Ces gens venus de Russie
Contexte
La secte des doukhobors apparaît en Russie vers le milieu du 18e siècle. Ce groupe chrétien rejette l'Église orthodoxe russe. Tolérée sous Catherine la Grande, la secte, qui s'oppose à la notion de propriété individuelle et qui prône la paix, s'aliène avec le temps les autorités civiles et ecclésiastiques russes.

Le tsar Nicolas Ier, qui monte sur le trône en 1825, prend des mesures en vue d'assimiler les doukhobors par la conscription et le service militaire. Il interdit également leurs réunions. En 1894, le tsar Nicolas II demande à tout citoyen russe de prêter un serment d'allégeance. À l'appel de leur leader en exil Peter V. Verigin, 7000 doukhobors brûlent leurs armes le 29 juin 1895.

À partir de cet autodafé du 29 juin 1895, les doukhobors seront de plus en plus persécutés en Russie. Certains s'exilent vers la Géorgie ou d'autres provinces du pays. La secte trouve un grand défenseur en Léon Tolstoï. L'auteur de Guerre et Paix paiera en grande partie le voyage en bateau pour que quelque 7400 doukhobors, également appelés lutteurs de l'esprit ou de l'âme, puissent immigrer au Canada. Un premier groupe de 2300 prendront le bateau Lake Huron et arriveront au port de Saint John, au Nouveau-Brunswick, le 20 janvier 1899; trois autres groupes arriveront dans les semaines suivantes.

C'est d'abord dans le territoire actuel de la Saskatchewan que ces immigrants russes s'installent, grâce à l'appui du ministre fédéral de l'Intérieur Clifford Sifton.

À leur arrivée au Canada, les doukhobors bénéficient de la Loi sur les hameaux (Hamlets Act), qui leur permet de rassembler jusqu'à 20 fermes pour former un petit village. Ainsi, les doukhobors peuvent vivre en communauté. Mais en 1906, le gouvernement canadien introduit des changements dans l'enregistrement des fermes : l'enregistrement de celles-ci doit se faire de façon individuelle. En 1907, les règles sont renforcées et les doukhobors refusent non seulement d'enregistrer leurs fermes, mais aussi d'enregistrer les naissances, mariages et décès. En représailles, la communauté doukhobore perd environ 2500 fermes.

La perte des terres crée des tensions dans la communauté doukhobore, qui se scinde en trois groupes. Les doukhobors orthodoxes, fidèles à Peter V. Verigin, prennent le nom de Christian Community of Universal Brotherhood (CCUB); certains resteront en Saskatchewan, d'autres migreront vers l'Alberta. Les « indépendants », préférant garder leurs terres en Saskatchewan, choisissent de prêter allégeance à la Couronne britannique et abandonnent le communautarisme, s'intégrant rapidement à la société canadienne. Le groupe le plus radical se fait appeler les Fils de la liberté : expulsés de leurs terres en Saskatchewan, ils migrent vers la Colombie-Britannique.

De nos jours, le Canada compte 30 000 doukhobors, et la Russie en regroupe environ autant.
Le saviez-vous?
• Pour les doukhobors, Dieu est en chaque être humain, donc la liturgie, les icônes, les sacrements et les prières, caractéristiques de l'Église orthodoxe, n'ont pas lieu d'être.

• Pour eux, le mariage est un consentement mutuel, et non un sacrement de l'Église ou un contrat de l'État. Leurs morts sont enterrés sans cérémonie.

• Ils rejettent la Bible comme source d'inspiration et transmettent leurs croyances par le chant.

• Depuis leur formation au 18e siècle en Russie, les doukhobors condamnent les possessions matérielles, qu'ils associent à la vie moderne qu'ils rejettent.

• Ils établissent une forme de communautarisme, excluant le concept de propriété privée. La terre, croient-ils, ne peut appartenir à une seule personne. Ils la travaillent en collectivité.

• Le 29 octobre 1924, le leader des doukhobors, arrivé au Canada en 1902, meurt. Peter « Lordly » Verigin, comme il se fait appeler, monte à Brillant, en Colombie-Britannique, dans un train du Canadian Pacific Railway. Entre Castlegar et Grand Forks, son wagon est détruit par une explosion qui tue 19 des 21 passagers.

• On ne saura jamais s'il s'agissait d'un attentat contre Verigin ou d'une explosion accidentelle. Les Fils de la liberté sont suspectés. Une autre théorie attribue l'attentat au gouvernement canadien, dans le but de se débarrasser d'un leader religieux dérangeant.
Infos

Ces gens venus de Russie

Média : Télévision

Émission : Ce soir

Date de diffusion : 10 juillet 1995

Invité(s) : Mike Chernenkoff, Sam Konkin, Katia Maloff, John J. Verigin

Ressource(s) : Thérèse Champagne

Durée : 3 min 02 s

Dernière modification :
29 janvier 2010