Aller au menu Plan du site

Crise des missiles à Cuba

Accueil · Crise des missiles à Cuba
Contexte

La Guerre froide connaît son plus grand moment de tension avec la crise des missiles de Cuba. Pendant deux semaines, entre le 16 et le 28 octobre 1962, l'URSS et les États-Unis se livrent une véritable guerre psychologique dont les conséquences auraient pu aboutir à un conflit nucléaire. Mais heureusement, une combinaison de chance et de négociations empêchera la catastrophe.

Le 27 octobre, l'équipe de Caméra 62 résume les événements de la crise. En état d'alerte, l'armée américaine se déploie autour de Cuba et impose un blocus pour tenter de convaincre l'URSS de retirer son arsenal nucléaire de l'île.

Devant le refus de l'administration américaine de lui fournir du pétrole, Cuba se tourne vers l'autre grande puissance, l'URSS, avec qui elle conclut un accord en février 1960. Les liens entre les deux pays se resserrent peu à peu, à la grande inquiétude des États-Unis qui craignent une invasion communiste en Amérique latine.

Le nouveau président John F. Kennedy décrète donc, le 25 avril 1961, un embargo contre Cuba. L'agression américaine à la baie des Cochons, comme la précédente (21 octobre 1959), incite Castro à armer davantage son pays. Le président soviétique, Nikita Khrouchtchev, saisit l'occasion de faire contrepoids aux Américains, qui, en novembre 1961, avaient installé une quinzaine de missiles Jupiter en Turquie et une trentaine d'autres en Italie, capables d'atteindre l'URSS.

En mai 1962, Khrouchtchev envoie donc 50 000 soldats, une quarantaine de missiles nucléaires et quatre sous-marins pour protéger Cuba de nouvelles invasions, dans le cadre de l'opération « Anadyr  ».

Le 2 octobre 1962 s'ouvre l'opération « Kama ». Les quatre sous-marins soviétiques, chargés de torpilles nucléaires, doivent rejoindre un convoi de cargos soviétiques en route vers Cuba pour le protéger. À bord des cargos se trouvent des missiles nucléaires destinés à parachever le dispositif en place à Cuba.

Le 14 octobre, un avion espion U2 de l'armée américaine survole les installations de missiles et prend des photographies. Le lendemain, les États-Unis découvrent que l'URSS est en train d'installer des missiles à têtes nucléaires à leur porte. Le 22 octobre, Kennedy révèle aux Américains les informations recueillies par l'U2 et annonce les mesures de blocus.

Kennedy demande à son homologue soviétique l'arrêt des opérations. L'intense bras de fer entre Khrouchtchev et lui autour du respect de la ligne de blocus des 30 cargos soviétiques fait craindre le pire. Une chasse aux sous-marins soviétiques et la destruction de l'avion espion U2 en plein milieu de la crise font monter la tension à son paroxysme. Pendant ce temps, aux Nations unies, les ambassadeurs des deux puissances se livrent une guerre de mots.

Finalement, le 28 octobre 1962, Khrouchtchev accepte de démanteler les bases, puis de retirer les missiles de Cuba en échange de la non-invasion de l'île et du retrait des missiles Jupiter américains installés en Turquie.

Le saviez-vous?
• Comme l'a révélé une commission spéciale du Sénat en 1975, la CIA obtient dès 1950 l'autorisation de mettre à exécution des opérations d'assassinat contre Fidel Castro.

• Le 21 octobre 1959, une première attaque des États-Unis est lancée contre Cuba, après l'arrivée de Fidel Castro au pouvoir. Deux avions mitraillent La Havane, tuent deux personnes et en blessent 50 autres.

• Le film de Roger Donaldson, Thirteen Days (Treize Jours, 2000), avec Kevin Costner, replonge les cinéphiles dans ce célèbre épisode de la guerre froide. Mené tel un suspense, il présente la vision américaine de la crise des missiles de Cuba à travers le regard de l'administration Kennedy.
Infos

Crise des missiles à Cuba

Média : Télévision

Émission : Caméra 62

Date de diffusion : 27 octobre 1962

Ressource(s) : Lucien Côté, Jacques Fauteux, Jean Grandlandeau, Roméo LeBlanc, François Morisset, Pierre Nadeau, Dostaler O'Leary

Durée : 26 min 42 s

Dernière modification :
15 septembre 2008