Aller au menu Plan du site

Bienheureux les pauvres...

Accueil · Bienheureux les pauvres...
Contexte
La Société de Saint-Vincent de Paul est la plus ancienne organisation humanitaire moderne. Fondée à Paris en 1833 par Frédéric Ozanam, elle s'implante au Québec en 1848. La société se donne comme mission de visiter les pauvres, distribuer des secours, le tout en faisant la promotion des préceptes religieux catholiques.

Contrairement à ce qui est affirmé dans ce reportage, l'Accueil Bonneau ne relève pas de la Société de Saint-Vincent de Paul. Ce centre, qui accueille les itinérants, est fondé en 1877 par le sulpicien René Rousseau, alors aumônier de la société. Les Sœurs grises de Montréal collaborent à sa création.

Pour les catholiques, le pauvre n'est pas responsable de sa condition : c'est Dieu qui lui fait subir cette épreuve, car Dieu éprouve ceux qu'il aime. Dans cette perspective, le pauvre est bien perçu. Il n'en va pas ainsi pour toutes les religions.

De plus, les catholiques croient que leur salut passe par les actions charitables. Le soin des pauvres est un moyen pour le fidèle d'assurer son salut. Il faut donc secourir tous les pauvres et s'en occuper avec respect et dévouement.

Les communautés religieuses sont les figures de proue de la charité catholique. Les Sœurs grises de Montréal et les Sœurs de la Providence sont les premières communautés dévouées à cette cause. Les congrégations organisent diverses activités pour financer leurs « bonnes œuvres », dont des ventes de chapelets et de cierges. Elles sont aidées par les dames de charité, des laïques qui organisent notamment des ventes de bienfaisance où elles vendent des produits qu'elles ont fabriqués.

Les communautés religieuses adaptent leurs soins en fonction des nécessiteux.
Le saviez-vous?
• Depuis son implantation à Montréal en 1848, la Société de Saint-Vincent de Paul a mis sur pied plusieurs œuvres, notamment les suivants : goûter pour les malades, refuge pour les pauvres et aide alimentaire.

• À Montréal, en 2004, on compte 180 points de service de la Société de Saint-Vincent de Paul et 2000 bénévoles.

• Marie-Marguerite Dufrost de La Jemmerais naît en 1701. Elle épouse François d'Youville en 1722. Lorsque son mari meurt en 1730, elle se consacre aux œuvres de charité et fonde, en 1737, la congrégation des Sœurs de la Charité de Montréal (aussi connue sous le nom de Sœurs grises) qui s'occupera notamment des vieillards, des malades et des pauvres. Marguerite d'Youville meurt en 1771. Elle est la première religieuse québécoise à être béatifiée, en 1990.

• Les Sœurs de la Providence sont fondées par Émilie Gamelin en 1841. Cette congrégation a pour mission de s'occuper, entre autres, des orphelins, des vieillards et des pauvres.

• Émilie Tavernier naît en 1800. Elle épouse Jean-Baptiste Gamelin à 23 ans. Après la mort de son mari en 1827, elle se dévoue aux pauvres et aux malades. Elle fonde sa congrégation en 1841. Émilie Gamelin meurt en 1851. Elle est béatifiée en 2001.
Infos

Bienheureux les pauvres...

Média : Télévision

Émission : Ce soir

Date de diffusion : 10 mai 1983

Invité(s) : Jean-Paul Parent

Ressource(s) : Laurent Bégin, Gabi Drouin, Pierre Maisonneuve, Fleur Jeanneret, Michel Beaulieu, Francine Charron, Lucie Payeur, Jean-François Woods

Durée : 6 min 17 s

Dernière modification :
7 avril 2005