Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Sports · Premiers ministres canadiens · La chute du gouvernement Clark

La chute du gouvernement Clark

Date de diffusion : 14 décembre 1979

Le premier budget du gouvernement Clark déposé par John Crosbie le 11 décembre 1979 est d'une telle austérité qu'il soulève un tollé tant au Parlement qu'au sein de la population canadienne. Deux jours plus tard, dans une Chambre des communes survoltée, le gouvernement est renversé, moins de sept mois après avoir été porté au pouvoir.

À l'émission Présent édition québécoise, des députés des différents partis et des gens interrogés dans la rue réagissent à l'événement. Le politologue Clinton Archibald analyse les conséquences de ce désaveu public.

Le budget Crosby visait à remédier aux effets de l'inflation et de la crise énergétique. Mais pour ce faire, Clark a renoncé à sa promesse électorale de baisser les impôts des particuliers de 2 milliards, choisissant plutôt de s'attaquer au déficit et d'augmenter le fardeau fiscal des contribuables.

Parmi les mesures proposées, l'augmentation de l'essence de 18 ¢ le gallon (4 ¢ le litre) est reçue comme une gifle par les consommateurs. Cependant, selon certains observateurs, la hausse du coût de l'énergie était une décision nécessaire, que le gouvernement Trudeau n'avait jamais eu le courage de prendre.

La motion de censure contre le budget Crosbie n'était pas la première proposition déposée contre une politique du gouvernement Clark. La tentative de démantèlement de Petro-Canada, notamment, a subi le même revers.

Convaincu du bien-fondé de son budget, Clark déclenche des élections fédérales et affirme qu'il ira ainsi plaider sa cause directement auprès des Canadiens. Mais le 18 février 1980, Pierre Elliott Trudeau est réélu à la tête d'un gouvernement majoritaire. Joe Clark retourne dans l'opposition.

La chute du gouvernement Clark

• Sitôt élu en mai 1979, Joe Clark annonce qu'il refuse toute coalition avec le Nouveau Parti démocratique ou le Parti du crédit social, et choisit de gouverner comme s'il détenait la majorité. Son gouvernement se classe cinquième dans l'histoire canadienne pour la courte durée de son mandat.

• La rentrée parlementaire tardive, en octobre, alimente la rumeur que le nouveau gouvernement est mal préparé à l'exercice du pouvoir.

• L'augmentation de 18 ¢ sur le gallon d'essence (ou 4 ¢ le litre) correspondrait aujourd'hui à une hausse de 50 ¢ le gallon (11 ¢ le litre).

• La hausse du prix de l'énergie vise à diminuer les importations de pétrole en incitant notamment les citoyens à réduire leur consommation d'essence. Cette mesure du budget Crosbie répond aux engagements de l'Agence internationale de l'énergie.

• L'augmentation des cotisations à l'assurance-chômage et des taxes sur l'alcool et le tabac compte au nombre des mesures qui soulèvent l'indignation des contribuables.

• Le gouvernement Clark veut réduire la taille de l'État en s'attaquant notamment aux sociétés d'État comme Petro-Canada, et en supprimant 60 000 postes dans la fonction publique.

• Il restitue aux provinces le contrôle des loteries en abolissant Loto-Canada.

• Il élabore la Loi sur l'accès à l'information, qui sera adoptée sous Trudeau en 1982.

• Sur le plan international, l'annonce en juin 1979 du déménagement de l'ambassade du Canada en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem soulève l'ire des Arabes et plonge le Canada en pleine crise diplomatique, ce qui oblige Clark à abandonner le projet dès l'automne.

• Ville sainte pour les juifs comme pour les musulmans, Jérusalem est occupé par l'État hébreu depuis 1967. En demandant au Canada d'y déménager son ambassade, le premier ministre israélien Menahem Begin visait à faire reconnaître Jérusalem comme ville israélienne. Clark a reconnu plus tard qu'il avait commis une erreur en voulant accéder à sa requête.

• Le gouvernement Clark joue un rôle important lors de la prise d'otages en Iran en novembre 1979. Six Américains ont alors pu trouver refuge à l'ambassade du Canada à Téhéran. Ils ont réussi à fuir le pays le 29 janvier 1980 grâce aux passeports canadiens qui leur avaient été remis.

La chute du gouvernement Clark

Média : Radio

Émission : Présent édition québécoise

Date de diffusion : 14 décembre 1979

Invité(s) : Clinton Archibald, Robert Boily, Heward Grafftey, Lorne Nystrom, Jacques Olivier

Ressource(s) : Robert Desbiens, Maurice Godin, Maurice Lahaie, Gilles Léveillé

Durée : 17 min 17 s

Dernière modification :
25 mars 2011


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Mais qui est Joe Clark ?
Télévision
16 min 13 s
Contre toute attente, le jeune et peu connu Joe Clark est élu à la direction du PC en 1976.
Un homme fatigué
Télévision
10 min 56 s
À la veille du référendum sur l'accord de Charlottetown, dont il est l'un des principaux architectes, Joe Clark songe pour la première fois à se retirer de la vie politique.