Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Sports · Olympisme · Montréal à l'heure de l'olympisme

Période : 1976 - 1980

Montréal à l'heure de l'olympisme

C'est à l'occasion du 80e anniversaire des Jeux de l'ère moderne que Montréal accueille les Jeux olympiques. Moins de dix ans après l'Expo, tous les regards de la planète sont à nouveau braqués vers Montréal qui atteint sa consécration de ville internationale. Le rêve cher au maire Jean Drapeau aura pourtant un prix que certains jugeront démesuré, à l'image du stade construit pour l'occasion. Du 17 juillet au 1er août 1976, les Montréalais vibrent au rythme des exploits sportifs, séduits par la performance inoubliable de Nadia Comaneci. Tour de piste des moments forts des Jeux de la 21e olympiade.

icone_tv
14 clips télé
icone_micro
4 clips radio

Un maire et ses Jeux

Date de diffusion : 18 mai 1970

Les Jeux seront placés sous le signe de la simplicité, promet le maire Drapeau, victorieux à son retour d'Amsterdam où Montréal sort gagnante choisie comme ville hôtesse des Jeux de 1976 par le Comité international olympique (CIO). Aux questions sceptiques des journalistes, Jean Drapeau répète inlassablement que « les Jeux ne coûteront pas un sou aux contribuables » puisqu'ils s'autofinanceront, grâce aux surplus générés par les revenus. Le maire assure même dans cette entrevue que « les Montréalais seront plus riches d'un stade, et ça n'aura rien coûté ».

Jean Drapeau confie à l'architecte français Roger Taillibert la conception du stade olympique. Ce dernier a réalisé le stade du Parc des Princes à Paris, inauguré en 1972. Pour la première fois dans l'histoire des Jeux modernes, un pays hôte a recours aux services d'un architecte étranger. Ce choix est immédiatement critiqué à Montréal. Le 6 avril 1972, la maquette du Parc olympique est dévoilée en grande pompe devant 3000 journalistes internationaux.

Un maire et ses Jeux

• Formellement convaincu de l'autofinancement des Jeux, le maire Drapeau déclare qu'il est aussi impossible pour les Jeux olympiques de Montréal de produire un déficit que pour un homme de devenir enceinte. Or, les Jeux de Montréal accoucheront du plus important déficit de l'histoire de l'olympisme contemporain.

• Une autre formule chère à Jean Drapeau consiste à répéter qu'« en matière de financement, le robinet sera appelé à couler tant que la baignoire ne sera pas remplie ».

• Jean Drapeau reste convaincu que l'inflation est la grande responsable de l'énorme déficit généré par les Jeux. Le budget du maire se chiffre à l'origine à 120 millions de dollars. « Nos plans n'ont pas changé, le dollar a cessé d'être modeste », déclare-t-il dans Le Devoir du 14 mai 1976, ajoutant que « nous ne recouvrons pas le stade de feuilles d'or. Nous le construisons avec des matériaux très simples, du béton, de l'acier et du travail ».

Un maire et ses Jeux

Média : Télévision

Émission : Format 30

Date de diffusion : 18 mai 1970

Invité(s) : Jean Drapeau

Ressource(s) : Louis Martin

Durée : 24 min 07 s

Dernière modification :
7 août 2009


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
18 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
La flamme arrive à Montréal!
Télévision
19 min 10 s
16 juillet 1976
Le 16 juillet 1976, la flamme olympique arrive à Montréal, au pied du mont Royal.
Atlanta 1996, l'erreur de parcours
Télévision
16 min 02 s
27 juillet 1996
Désorganisation, hyper-commercialisation, attentat à la bombe, tels sont les souvenirs attachés aux Jeux d'Atlanta.