Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Sports · Olympisme · Donovan Bailey, une ascension spectaculaire

Donovan Bailey, une ascension spectaculaire

Date de diffusion : 21 septembre 1996

Le 27 juillet 1996 à Atlanta, le sprinter Donovan Bailey se présente à la ligne de départ du 100 m. La tension est palpable avant la course. Après tout, il s'agit de l'épreuve reine, la plus prestigieuse et médiatisée des Jeux. Autour de lui, de redoutables adversaires comme le Namibien Frankie Fredericks, Ato Boldon de Trinité-et-Tobago et l'Américain Dennis Mitchell ont tous soif de victoire.

Mais le champion du monde avale tous ses adversaires et remporte la prestigieuse finale. De retour chez lui, à Oakville, en Ontario, Bailey est accueilli comme un héros.

Tandis que des millions de Canadiens retiennent leur souffle avant le départ du 100 m, le champion du monde s'en remet à son inébranlable confiance. Après un départ ordinaire, Bailey déploie une force d'accélération sur les 50 derniers mètres comme jamais un être humain ne l'a démontré avant lui. En prime, le champion olympique établit un record du monde de 9,84.

La victoire du Canadien d'origine jamaïcaine résonne dans le pays tout entier. Elle exorcise par le fait même le cauchemar du scandale de Ben Johnson à Séoul, en 1988. Avec une nouvelle génération de sprinters, l'athlétisme canadien se délivre de ses démons.

Quelques jours plus tard, en finale du relais 4 x 100 m, rien ne laisse présager que l'équipe canadienne allait réaliser l'une des plus grandes performances de l'histoire du sport. Depuis l'instauration de cette épreuve en 1912, les Américains ont remporté 15 des 17 relais olympiques. Encore un fois, l'équipe composée de Jon Drummond, Tim Harden, Tim Montgomery et Dennis Mitchell part favorite chez elle. D'autant plus qu'en demi-finale, elle établit la meilleure performance mondiale de l'année, avec un temps de 39,87.

De son côté, l'équipe canadienne a bien failli être disqualifiée en raison d'une remise risquée entre Bruny Surin et Donovan Bailey.

Mais les Canadiens sont affamés et surtout fatigués d'entendre les Américains clamer leur supériorité. Donovan Bailey, Bruny Surin, Glenroy Gilbert et Robert Esmie livrent la performance de leur vie. Les Canadiens prennent les devants dans la course et ne laissent aucune chance aux Américains de revenir en tête. Devant l'impensable, la foule d'Atlanta se tait durant quelques secondes avant de timidement féliciter les gagnants.

Heureusement que Donovan Bailey, dernier relayeur, a mis la pédale douce lors des 15 derniers mètres, car le quatuor se dirigeait vers un record du monde. Le temps de 37,69 se situe à 19 centièmes de seconde de la marque établie par les États-Unis.

Le parcours d'athlète de Donovan Bailey demeure pour le moins atypique. Né en Jamaïque en 1967, Donovan Bailey immigre au Canada avec sa famille à l'âge de 13 ans. Il fait des études en économie à Oakville, en Ontario, au Scheridan College et se bâtit une carrière comme courtier et consultant dans le secteur boursier à Toronto.

À ce moment, l'athlétisme ne représente qu'un hobby pour lui. Il entreprend sa première course internationale en 1994, à l'âge de 27 ans. Dès lors, il commence à s'entraîner à temps plein. L'année suivante, à Gotteborg en Suède, Bailey devient champion du monde.

Avec sa victoire à Atlanta, Bailey est considéré comme l'homme le plus rapide au monde. De plus, il détient le record de la plus haute vitesse jamais atteinte par un être humain, 43,5k m/h.

Mais l'Américain Michael Johnson, double médaillé d'or au 200 m et 400 m aux Jeux d'Atlanta, conteste ce titre. Pour départager les deux prétendants, une course de 150 m est organisée au Skydome de Toronto le 1er juin 1997. L'événement est hautement médiatisé. Après une avance de quelques foulées de Bailey, Johnson se met à boiter. Bailey l'emporte facilement et empoche la bourse d'un million de dollars.

Donovan Bailey, une ascension spectaculaire

• En septembre 1998, Donovan Bailey s'étire le tendon d'Achille au cours d'une partie de basket-ball. Il retourne à la compétition en 1999 et s'assure d'une médaille d'argent au relais 4 x 100 m aux Jeux panaméricains. Mais sa blessure le gêne, et Bailey perd peu à peu son lustre. En mai 2001, à l'âge de 33 ans, il annonce que la saison 2001 sera sa dernière.

• À Atlanta, Donovan Bailey devient le premier Canadien depuis Percy Williams en 1928 à Amsterdam à gagner le 100 m aux Jeux olympiques. Complètement inconnu avant d'arriver au Pays-Bas, Williams, de Vancouver, remporte également le 200 m, à la surprise des Anglais et des Américains. À son retour au pays, il est accueilli en héros.

• Vexés de se faire damer le pion par un Canadien inconnu, les Américains invitent Williams après les Jeux à une série de courses dans un stade intérieur. Mais Williams leur inflige l'humiliation complète, avec 19 victoires sur 21 courses.

• Avec 22 médailles, la récolte du Canada à Atlanta constitue la seconde en importance après celle des Jeux de Los Angeles. Le duo formé de Kathleen Heddle et Marnie McBean en aviron remporte la troisième médaille d'or du Canada à ces Jeux.

• En plus de ses trois médailles d'or, le Canada gagne 11 médailles d'argent et huit de bronze. L'équipe d'aviron rapporte au pays quatre médailles d'argent, dont celles de Silken Laumann, et une de bronze. Dans les autres disciplines, le Canada gagne sept médailles d'argent, soit en natation avec Marianne Limpert, en lutte avec Guivi Sissaouri, en boxe avec David Defiagbon, en canoë-kayak avec Caroline Brunet, en cyclisme sur route avec Brian Walton, en vélo de montagne avec Alison Sydor et en natation synchronisée par équipes.

• Sept médailles de bronze, dont celle d'Annie Pelletier au tremplin de 3 m et les deux de Clara Hugues en cyclisme, complètent le tableau.

Donovan Bailey, une ascension spectaculaire

Média : Télévision

Émission : Téléjournal

Date de diffusion : 21 septembre 1996

Invité(s) : Donovan Bailey, Bruny Surin

Ressource(s) : Maxence Bilodeau

Durée : 1 min 18 s

Dernière modification :
23 septembre 2004


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Sylvie Bernier, le saut de joie
Télévision
4 min 19 s
Aux Jeux de Los Angeles, la plongeuse Sylvie Bernier remporte la médaille d'or au tremplin de 3 mètres.
Victor Davis, la natation dans le sang
Télévision
2 min 49 s
Le spécialiste de la brasse, médaillé d'or à Los Angeles, meurt dans un accident de voiture en 1989.