Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Sports · Lutte · Galas de lutte

Galas de lutte

Date de diffusion : 25 octobre 2000

« La lutte, c'est du théâtre, affirme l'ex-lutteur Paul Leduc. Les scripts existent depuis les débuts de la lutte professionnelle. Sauf que, dans le temps, les scénarios étaient planifiés par les lutteurs et les gérants plutôt que par des scripteurs professionnels. »

La lutte a toujours compté sur une forme de mise en scène pour promouvoir son produit. La WWF a compris que cette dimension pouvait rapporter beaucoup d'argent si elle était poussée à l'extrême. Comme l'explique l'animateur de lutte Marc Blondin, dans ce reportage de Jacques Beauchamp à l'émission Indicatif présent, le caractère prévisible de la lutte assure la réussite du spectacle.

Les lutteurs sont bien sûr les principaux acteurs de ces téléromans qui mélangent fiction et réalité. En fonction de ses attributs physiques et de sa personnalité, chacun joue un personnage incarnant le Bien ou le Mal.

Les spectateurs ne souhaitent pas payer le gros prix pour voir à l'œuvre des hommes ordinaires. Ils veulent du muscle et de la testostérone, des athlètes dont les apparences rappellent celles des super-héros des bandes dessinées. Le lutteur doit donc être grand et fort, mesurer au moins 1,90 m et peser 100 kilos ou plus de muscle.

Pour illustrer un monde imaginaire, le lutteur incarne un personnage inspiré de la mythologie ancienne ou moderne. Qu'il soit pirate, amérindien, dieu grec, roi des Îles, bagarreur de rue, golden boy californien ou suppôt de Satan, il doit jouer son rôle avec conviction.

Les lutteurs professionnels doivent également être des athlètes de premier plan, car le métier, aussi burlesque soit-il, demeure un sport qui requiert une parfaite condition physique et d'excellentes habiletés techniques. Ils se démarqueront davantage s'ils maîtrisent un style de lutte et des prises originales.

Dans cette masse colorée de personnages, comment alors déterminer le champion? « Le champion est celui qui assoit le plus de gens dans la salle », soutient Paul Leduc. Selon lui, l'élément qui distingue le plus un lutteur des autres est son charisme. Il doit dégager une sorte de force intérieure qui inspire le public, croit-il.

Le métier de lutteur demeure dangereux. Bien que chorégraphiés, les combats peuvent engendrer des blessures, parfois graves. Les blessures au dos, à la tête, les fractures des os, les commotions cérébrales sont monnaie courante. « Il y a toujours une part d'improvisation », ajoute Leduc.

Galas de lutte

• Au mois de mai 2002, la WWF devient la WWE (World Wrestling Entertainment). L'organisme de protection de la nature World Wildlife Fund (Fonds mondial pour la nature), qui a longtemps toléré l'utilisation de son sigle, a finalement décidé de poursuivre la Fédération de lutte à cause de l'émergence d'Internet. En effet, l'adresse wwf.com, qui affichait les produits de Vince McMahon, déplaisait au Fonds. Après un long procès, la Fédération de lutte est forcée de changer son nom.

• Vince McMahon appartient à la troisième génération d'une famille de promoteurs de lutte. Son grand-père Jesse McMahon commence par présenter des combats de boxe avant de se tourner vers la lutte en 1935. Il contrôle les programmes de lutte des principales villes de l'est des États-Unis, telles que New York, Boston et Washington, avec la Capital Wrestling Corporation (CWC).

• Le fils de Jesse, Vince McMahon père, prend la relève, puis fonde en 1963 la World Wide Wrestling Federation (WWWF), qui deviendra en 1979 la WWF.

• En 1988, le magnat de la presse Ted Turner achète la World Championship Wrestling (WCW). Pendant la décennie 1990, il livre une véritable guerre à la WWF. Bien que Turner ait offert à Vince McMahon d'acheter sa fédération, au moment où la WCW atteignait un sommet de popularité en 1997, ce sera finalement McMahon qui va acquérir la WCW en mars 2001.

• La guerre des cotes d'écoute entre la WWF et la WCW entraîne la mort d'un lutteur. Lors du gala de la WWF du 23 mai 1999 à Kansas City, le Canadien Owen Hart, qui doit effectuer une descente sur un câble pour arriver sur le ring, voit son harnais se défaire à 18 mètres de haut. Cette mort est la conséquence de la course effrénée entre les deux fédérations dans la présentation de nouvelles mises en scène toujours plus dangereuses et spectaculaires.

Galas de lutte

Média : Radio

Émission : Indicatif présent

Date de diffusion : 25 octobre 2000

Invité(s) : Marc Blondin, Jeanne Devrin, Jacques Rougeau

Ressource(s) : Marie-France Bazzo, Jacques Beauchamp

Durée : 11 min 31 s

Dernière modification :
30 mai 2006


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Système D dans les campagnes
Radio
12 min 37 s
Solidarité et débrouillardise se manifestent beaucoup dans les campagnes.
Le « reel » du verglas
Radio
25 min 48 s
Des sinistrés racontent leur expérience de la tempête verglaçante à Marie-France Bazzo.