Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Sports · Hockey · La passion du hockey selon Lecavalier

La passion du hockey selon Lecavalier

Date de diffusion : 5 mai 1966

« Et c'est le but! » Le nom de René Lecavalier reste indéniablement lié à l'histoire du hockey au Canada. De la première partie télédiffusée, qu'il commente en 1952, jusqu'à sa retraite en 1985, Lecavalier voit évoluer les plus grands joueurs de la LNH. Il vit la frénésie de la Série du siècle en 1972 et est de toutes les Coupes Stanley.

Dans cet extrait, il commente, avec son style unique, le but gagnant des Canadiens lors de la finale de la Coupe Stanley en 1966, et rend hommage aux Glorieux.

Pour Lecavalier, une partie de hockey est un spectacle doublé d'une compétition. La commenter, c'est raconter une histoire. Son enthousiasme et sa sobriété, son français impeccable, ses mots justes et ses phrases courtes, ses descriptions imagées et émouvantes ont maintes fois été salués par ses pairs.

Il lit tout ce qui se publie sur le hockey, possède une connaissance approfondie des joueurs, qu'il peut reconnaître à leur style en une fraction de seconde. Et s'il sait rendre hommage aux héros de son enfance, il sait aussi se garder de tout esprit partisan.

Le Forum de Montréal n'ouvre pas sitôt ses portes en 1924 que le jeune Lecavalier commence à le fréquenter de façon quotidienne. Sur le chemin de l'école ou du retour à la maison, parfois même le midi, il s'y arrête et regarde jouer les Canadiens et les Maroons de Montréal.

Au collège, il pratique le baseball, le tennis et le cyclisme, aime l'esprit de compétition. Mais le hockey est sa véritable passion. Il joue pour le Canadien junior lors de la saison 1936-1937 et rêve de rejoindre les ligues majeures. Mais la découverte d'une nouvelle passion, la radio, l'attend.

La passion du hockey selon Lecavalier

• En 1952, la télévision est une nouvelle venue. Lecavalier se souvient qu'il a dû trouver le bon ton pour intéresser les auditeurs habitués aux matchs de hockey diffusés à la radio. Les premières parties qu'il a commentées, raconte-t-il, ont connu un succès mitigé. Les téléspectateurs regardaient l'image, mais coupaient sa voix et la remplaçaient par les commentaires de Michel Normandin à la radio!

• À partir de 1953, Lecavalier remplace Normandin et apprend à commenter simultanément pour la télévision et la radio. Le défi est de taille et demande une attention extrême, car chaque média a ses exigences. L'arrivée de nouvelles technologies télévisuelles dans les années 1960, comme la reprise et le ralenti, ne va pas sans contraintes.

• En mai 1984, Lecavalier confie au journaliste Réjean Tremblay : « Je suis un homme de la radio. Et je le reste malgré la télévision. La radio permettait à l'auditeur d'avoir une imagination active. Il recréait sa patinoire, ses joueurs, son match. À la télévision, l'image parle par elle-même. Ça force donc le commentateur à s'impliquer davantage, à imaginer pour le téléspectateur. [...] Ça exige donc une connaissance très vaste du sujet et en même temps une connaissance profonde de l'homme. »

La passion du hockey selon Lecavalier

Média : Radio

Émission : La Soirée du hockey

Date de diffusion : 5 mai 1966

Invité(s) : Jean Béliveau, Claude Provost, Gilles Tremblay

Ressource(s) : Jean-Maurice Bailly, René Lecavalier

Durée : 13 min 51 s

Photo : Frank Tweel

Dernière modification :
21 février 2006


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Ses premières armes à Radio-Canada
Radio
5 min 58 s
À son entrée à Radio-Canada en 1937, rien ne semble destiner le jeune Lecavalier à une florissante carrière d'annonceur.
Tchou! Tchou! Le P'tit Train du matin
Radio
5 min 50 s
Humour, chansons, sketches, improvisation : chaque matin, de 1947 à 1952, les auditeurs montent à bord du P'tit Train du matin.