Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Sports · Financement du sport · Cri du coeur de Rhéaume Brisebois

Vous devez ouvrir une session pour commenter ce clip.

Pékin 2008... Les choses ont-elles changé, monsieur Brisebois ?...

Soumis par : Claude


Cri du coeur de Rhéaume Brisebois

Date de diffusion : 2 janvier 1972

Rhéaume Brisebois brosse un triste portait de la situation des athlètes d'élite. Problème d'accessibilité aux infrastructures sportives, manque d'argent, manque d'encadrement, autant d'éléments qui soulève l'ire du journaliste dans le développement des athlètes de talent. Il prend l'exemple d'une jeune nageuse, Carole Latendresse, qui malgré des victoires lors d'une importante compétition à Cincinnati, dans l'État de l'Ohio, se nourrit aux hot-dogs et doit voyager dans un tacot plus ou moins fiable.

Pas étonnant d'entendre des cas de la sorte car, au Québec, les structures du sport amateur connaissent à cette période d'énormes lacunes. Il n'existe aucun mécanisme d'autorité, et les fédérations sportives fonctionnent grâce à la bonne volonté des bénévoles. Celles-ci ne peuvent compter sur à peu près aucun service professionnel et aucune direction administrative qui leur permettraient d'avoir des bases solides et une vision d'ensemble. Cette désorganisation aura des conséquences directes sur la qualité d'encadrement et le développement des athlètes de talent.

En 1970, le gouvernement libéral de Robert Bourassa fait passer le sport sous la responsabilité du ministère de l'Éducation. Plusieurs défis attendent le ministre Guy Saint-Pierre. Il faut coordonner les actions des organismes du sport de participation, d'élite et scolaire dans le but de maximiser l'utilisation des infrastructures sportives. Le ministre doit également s'occuper d'une clientèle aussi bien adulte que scolaire sans pour autant augmenter le budget du sport. Devant toute cette besogne, les athlètes d'élite ne pèsent pas lourd dans la balance.

Cri du coeur de Rhéaume Brisebois

• La politique de la « pyramide » du sport est le modèle sur lequel les gouvernements se sont longtemps basés pour établir leurs priorités. C'est-à-dire qu'en donnant un maximum d'argent et de ressources au sport de masse, qui constitue la base, une élite en ressortira naturellement. Le milieu du sport d'élite a longtemps reproché aux gouvernements cette approche qui engendrait la plupart du temps une politique de laisser-faire.

Cri du coeur de Rhéaume Brisebois

Média : Radio

Émission : Temps libre

Date de diffusion : 2 janvier 1972

Invité(s) : Rhéaume Brisebois

Ressource(s) : Gilles Blanchard, Denis Poulet

Durée : 5 min 22 s

Dernière modification :
11 avril 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Le sport de masse avant tout
Radio
3 min 31 s
À la fin des années 1960, les gouvernements mettent l'accent sur le sport de participation au détriment du sport d'élite.
Des miettes pour les athlètes
Télévision
16 min 25 s
À la veille des Jeux olympiques de Montréal, la situation des athlètes qui doivent représenter le pays est désastreuse.