Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Sports · Dopage · Culturisme et dopage : la loi du silence

Culturisme et dopage : la loi du silence

Date de diffusion : 1er janvier 1987

La pratique du dopage ne se retrouve pas que dans les sports olympiques. Elle est aussi intrinsèquement liée au monde du culturisme, où ceux qui ne s'y adonnent pas sont vite jugés par leurs pairs, voire mis à l'écart, comme le révèlent ces culturistes qui ont accepté de témoigner sous couvert de l'anonymat en 1987. En outre, consommer coûte cher, et un marché noir florissant permet aux athlètes d'avoir accès à toute une gamme de produits dont la vente au Canada est parfois interdite. Certains ont même recours à des médicaments vétérinaires.

Dans le culturisme de compétition, tant amateur que professionnel, l'usage de produits dopants est pourtant interdit, comme c'est le cas dans les disciplines olympiques. Mais les tests sont effectués au hasard et leur coût élevé ne permet de contrôler qu'une dizaine d'athlètes par compétition. Nombres de culturistes passent donc avec facilité entre les mailles du système.

Soucieuse de redorer le blason d'un sport traditionnellement associé au dopage dans la croyance populaire, la Fédération canadienne de culturisme adhère, en 2002, à la politique antidopage canadienne à laquelle elle était soustraite et adopte le programme sur le dopage sportif du Centre canadien sur l'éthique dans le sport. Désormais, les culturistes peuvent être testés lors des compétitions importantes et de manière inopinée à l'entraînement.

Culturisme et dopage : la loi du silence

• Les athlètes professionnels n'échappent pas à la tentation de recourir eux aussi à des produits dopants en vue d'améliorer leur performance. Les ligues majeures américaines possèdent leurs propres listes de produits prohibés, parfois bien peu exhaustives, et estiment qu'elles n'ont pas à se plier aux normes de l'Agence mondiale antidopage, qui leur a demandé en 2003 de se conformer aux critères olympiques en vue des Jeux d'Athènes en 2004.

• La liste de la Ligue nationale de hockey (LNH) interdit, de manière laconique, « toutes substances illégales ». La National Basket-ball Association (NBA), elle, ne prohibe que l'usage de la cocaïne et de l'héroïne.

• En 1998, le Comité international olympique a reconnu le culturisme comme sport de démonstration aux Jeux olympiques de Sydney en 2000.

Culturisme et dopage : la loi du silence

Média : Télévision

Émission : Nouvelles

Date de tournage : 1er janvier 1987

Invité(s) : Janin Bérubé, Robert Dugal

Ressource(s) : Denis Guénette

Durée : 5 min

Dernière modification :
11 juillet 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Quand le dopage tue
Radio
4 min 43 s
Dans les années 1960, de graves cas de dopage chez les cyclistes révèlent au monde une pratique séculaire mais méconnue.
Des athlètes «propres», est-ce possible?
Télévision
11 min 59 s
Pour les athlètes canadiens, le recours aux dopants est-il un choix ou une nécessité?