Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Sports · Boxe · De la barbarie légalisée?

De la barbarie légalisée?

Date de diffusion : 10 février 1985

Sur le ring, les boxeurs s'assènent des coups répétés dans le but de mettre l'adversaire hors de combat ou « knock-out ». Même si le duel ne couronne qu'un seul champion, les deux pugilistes sortent meurtris, le corps tuméfié par la violence des chocs subis. Certains ne se relèvent jamais, comme Danny Tucker en 1971 ou encore Cleveland Denny en 1980.

René Thérien, professeur de biomécanique à l'Université de Sherbrooke, fait le point sur les blessures cérébrales des boxeurs.

D'aucuns revendiquent l'abolition pure et simple de ce qu'ils dénoncent comme une « barbarie légale », s'interrogeant sur la place de ce sport dans une société civilisée. Plusieurs associations médicales, dont l'association médicale canadienne, réclament son abolition en 1983. Elles avancent les risques élevés de blessures au cerveau et le manque de recherches médicales le concernant, les dangers pour la santé physique et mentale, mais aussi l'absence d'uniformité des examens médicaux.

Comme le mentionne Gilles Néron dans le rapport qu'il dépose le 14 mai 1981, « il est difficile de considérer comme sport une activité dont le but est de causer une commotion cérébrale ». Il convient toutefois de distinguer la boxe professionnelle et la boxe amateur. En boxe olympique, outre le casque et les gants qui visent à protéger le boxeur, le but n'est pas de mettre l'adversaire K.-O., comme c'est le cas en boxe professionnelle.

De la barbarie légalisée?

• Des études menées dans les années 1980 révèlent que les boxeurs professionnels qui ont combattu plus de dix ans souffrent de lésions cérébrales affectant leur santé physique et parfois mentale.

• Les commotions cérébrales répétées engendrent une atrophie générale du cerveau de certains boxeurs, qui parfois souffrent de démence pugilistique et tombent dans un état végétatif et d'hébétude.

• Par ailleurs, en 1985, on a relevé qu'un boxeur encaissait en moyenne 40 à 50 coups par round, soit deux à trois fois plus que dans les années 1940-1950.

• C'est au cours d'un combat contre Raynald Cantin en 1971 à Montréal que Danny Tucker est mis K.-O. par son adversaire.

• Médicalement, le knock-out est une commotion cérébrale, c'est-à-dire un traumatisme qui entraîne une perte de conscience ou de graves étourdissements.

• Selon un sondage Galup publié dans le journal La Presse le 15 avril 1983, la moitié des Canadiens estime que la boxe professionnelle doit demeurer un sport légal (49 %). Parmi les répondants, les hommes et les jeunes se montrent les plus favorables.

De la barbarie légalisée?

Média : Télévision

Émission : Science-réalité

Date de diffusion : 10 février 1985

Invité(s) : Jean Boileau, Paul Ohl, René Therrien

Ressource(s) : Gilles Provost, Normand Séguin

Durée : 12 min 19 s

Dernière modification :
28 février 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Radarsat ou la planète photographiée
Télévision
12 min 52 s
Le couple satellite-radar est l'outil par excellence pour scruter le globe.
Qu'est-ce que le fluor?
Télévision
7 min 27 s
Les bienfaits du fluor pour la santé dentaire ont été prouvés. Pourtant, la fluoration de l'eau potable a toujours ses détracteurs.