Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Syndicalisme · Syndicalistes d'influence

Période : 1954 - 1999

Syndicalistes d'influence

Souvent pris dans le tumulte des conflits, les leaders syndicaux doivent se battre avec passion pour la défense des droits des travailleurs. Nous avons regroupé dans ce dossier des entrevues avec des syndicalistes québécois qui ont milité pour que les entreprises ou les gouvernements consentent à améliorer les conditions de leurs employés.

icone_tv
6 clips télé
icone_micro
6 clips radio

Madeleine Parent : au nom des ouvriers

Date de diffusion : 4 juillet 1978

Aux côtés de la militante Léa Roback, inspiratrice et amie, Madeleine Parent fait figure de pionnière du syndicalisme ouvrier au Québec. Sa lutte acharnée à partir des années 1940 pour la syndicalisation dans le domaine du textile, alors le plus important secteur manufacturier au Québec, fait partie des moments forts de l'histoire syndicale de la province.

En juillet 1978, elle accorde cette entrevue à Armande Saint-Jean dans le cadre de l'émission Première Page. Quelques mois plus tôt, elle avait perdu son mari et allié de tous les combats, lui aussi syndicaliste, Kent Rowley.

Madeleine Parent raconte comment elle en est venue à défendre les droits des travailleurs du textile, elle parle de son action syndicale sous le régime de Maurice Duplessis, et de son combat pour l'indépendance des syndicats canadiens. Elle donne son opinion sur les lois du travail en vigueur à la fin des années 1970, ainsi que sur l'indépendance du Québec.

Madeleine Parent : au nom des ouvriers

• Madeleine Parent est née en juin 1918 à Montréal.

• Un peu comme Michel Chartrand et Simonne Monet, elle a formé avec Kent Rowley un couple uni dans la vie comme dans le travail. Tous deux syndicalistes, ils se sont rencontrés en 1942 et ont dès lors pris la tête du mouvement de syndicalisation des ouvriers des filatures de la puissante Dominon Textile Company, à Montréal et à Valleyfield.

• Leur lutte leur a valu d'être menacés de mort, emprisonnés à plusieurs reprises, et accusés de conspiration séditieuse sous le gouvernement de Duplessis.

• Madeleine Parent a aussi laissé sa marque en Ontario, où elle a milité aux côtés de son mari. Ce dernier s'y était exilé en 1952, après qu'ils eurent été congédiés des Ouvriers unis des textiles d'Amérique (OUTA), un syndicat international dirigé par les Américains.

• À cette époque, de nombreux syndicats relèvent des unions syndicales américaines. Madeleine Parent et Kent Rowley ont contribué à affranchir certains syndicats de cette tutelle en fondant le Syndicat canadien des travailleurs du textile et de la chimie en 1952, et la Confédération des syndicats canadiens en 1969.

• Après la mort de son mari, Madeleine Parent a poursuivi son action syndicale jusqu'à sa retraite en 1983, puis est revenue vivre au Québec. Depuis, elle n'a jamais cessé de lutter pour la paix, la justice sociale, et les droits des femmes et des travailleurs.

Madeleine Parent : au nom des ouvriers

Média : Télévision

Émission : Première Page

Date de diffusion : 4 juillet 1978

Invité(s) : Madeleine Parent

Ressource(s) : Armande Saint-Jean

Durée : 22 min 20 s

Dernière modification :
12 mars 2012


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
12 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
Le Front commun en grève
Télévision
11 min 50 s
En avril 1972, les 210 000 syndiqués québécois du Front commun intersyndical déclenchent la grève générale.
Les gars de Lapalme
Télévision
33 min 29 s
Après cinq mois sans emploi, les « gars de Lapalme » témoignent de leurs conditions de vie et des objectifs de leur action syndicale.