Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Syndicalisme · Pour les droits des femmes

Pour les droits des femmes

Date de diffusion : 8 mars 1992

À l'occasion du 8 mars, Journée internationale des femmes, Carole Vallières s'entretient avec Simonne Monet-Chartrand.

Pionnière dans les luttes pour l'avancement de la cause des femmes, la militante parle du chemin parcouru et des luttes qu'il reste à mener. Elle dénonce avec passion l'apathie ambiante, l'individualisme, le manque de courage, et déplore les clivages entre les divers groupes féministes qui freinent l'avancement de la cause. Elle s'étonne que les jeunes femmes rejettent le mot « féministe ». Pour elle, croire à l'égalité des sexes, c'est déjà être féministe.

Simonne Monet-Chartrand raconte qu'elle est devenue féministe à 20 ans, le jour où elle a appris qu'elle n'avait pas le droit de voter. Elle croyait que c'est parce qu'elle n'avait pas encore atteint l'âge de la majorité légale de 21 ans, mais son père lui explique alors : « Non, c'est parce que tu es une femme ». Depuis ce jour, elle milita activement pour les droits des femmes.

Elle participe au congrès de fondation de la Fédération des femmes du Québec, qui a lieu les 23 et 24 avril 1966, et fait partie du premier conseil d'administration de la fédération. Elle contribue également à la rédaction de plusieurs mémoires soumis à la commission d'enquête sur la condition féminine de 1968.

Pour les droits des femmes

• En 1975, lors de l'Année internationale de la femme, Simonne Monet-Chartrand donne une série de conférences à travers le Québec auprès de divers groupes de femmes. Au printemps, 500 femmes se réunissent à Québec afin de livrer des recommandations au ministre de la Condition féminine: Simonne est du nombre.

• De 1975 à 1978, Simonne Monet-Chartrand est directrice générale adjointe de la Ligue des droits de l'homme. Elle se porte notamment à la défense d'une famille tzigane menacée d'expulsion.

• Pendant trois années consécutives, Simonne Monet-Chartrand soumet à l'assemblée générale annuelle de la Ligue des droits de l'homme la proposition d'en changer le nom pour celui de Ligue des droits et libertés. En septembre 1978, la proposition est acceptée.

• En 1990, Simonne Monet-Chartrand est invitée par l'organisme Femmes en tête à participer aux événements entourant le 50e anniversaire du droit de vote des femmes au Québec, à titre de marraine.

• En 1992, le prix Idola Saint-Jean est décerné à Simonne Monet-Chartrand, afin de souligner sa contribution à l'amélioration de la situation des femmes au Québec et à l'avancement du féminisme. Le prix Idola Saint-Jean est attribué par la Fédération des femmes du Québec depuis 1991.

• Le conseil régional de la Fédération des femmes du Québec à Montréal se nomme Conseil régional Simonne-Monet-Chartrand.

Pour les droits des femmes

Média : Télévision

Émission : Second Regard

Date de diffusion : 8 mars 1992

Invité(s) : Simonne Monet-Chartrand

Ressource(s) : Carole Vallières

Durée : 11 min 18 s

Dernière modification :
22 décembre 2004


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Les suites du rapport Bird
Radio
9 min 27 s
Vingt ans plus tard, certaines recommandations ont été appliquées, mais des inégalités persistent.
Quel accueil au rapport Bird?
Télévision
30 min 08 s
À l'émission Femme d'aujourd'hui, des invitées se montrent déçues de certaines recommandations du rapport Bird.