Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Syndicalisme · « Artiste pour la paix »

« Artiste pour la paix »

Date de diffusion : 10 février 1991

Simonne Monet-Chartrand milite depuis sa jeunesse contre la guerre et ses atrocités. En 1939, au moment du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, elle participe à un congrès international de jeunes à Washington et sera secouée de voir les délégués rejoindre leurs ambassades pour s'enrôler. Elle lutte par la suite contre la conscription, dans le Bloc populaire aux côtés d'André Laurendeau.

À 72 ans, Simonne Monet-Chartrand s'indigne toujours de l'absurdité des conflits armés et participe aux manifestations contre la guerre du Golfe. Elle explique ses convictions de militante pacifiste dans cette entrevue accordée à Françoise Guénette.

La Voix des femmes du Canada, section Québec, est fondée par Thérèse Casgrain en 1960. Dès l'année suivante, Simonne Monet-Chartrand se joint à l'association et compte parmi les membres de l'exécutif.

Alertées par la menace d'une guerre nucléaire, ces femmes tentent de sensibiliser la population et les dirigeants politiques aux dangers de la course aux armements. La Voix des femmes organise divers événements : manifestations, colloques, pétitions. En 1962, le Train de la paix se rend à Ottawa présenter les doléances des membres de la Voix des femmes. Elles réclament des engagements fermes de la part du gouvernement en matière de désarmement nucléaire.

En 1963, Simonne Monet-Chartrand participe à un congrès de la Fédération démocratique internationale des femmes qui se déroule à Moscou. Les déléguées de cette mission de paix réclament auprès des Nations unies qu'une année soit consacrée à la paix, au désarmement nucléaire et à la coopération internationale. Elles seront entendues, puisque l'ONU proclame l'année 1965 « Année de la coopération internationale ». Simonne participe à cette mission de paix à ses frais. Pourtant, sa décision fait scandale : en pleine guerre froide, quitter mari et enfants pour assister à un congrès en Union soviétique lui vaudra l'étiquette de « communiste ».

« Artiste pour la paix »

• Dès l'âge de 12 ans, Simonne affirme ses convictions pour la paix et la justice. Elle refuse de jouer dans une saynète montée au pensionnat pour illustrer la vie de Dollard des Ormeaux. Ses parents, venus pour applaudir leur fillette, sont déçus de ne pas la voir sur scène. Elle déclare dans son journal, le 24 mai 1931 : « Moi, je n'aime pas les héros de guerre. »

• En 1988, Simonne Monet-Chartrand publie l'ouvrage L'Espoir et le défi de la paix qui présente les activités et les actions entreprises au cours de 1986, Année internationale de la paix. Elle a également écrit une histoire des organismes pacifistes qui rappelle les réalisations de la Voix des femmes : Les Québécoises et le mouvement  pacifiste (1939-1967).

• Le groupe des Artistes pour la paix a été fondé en 1983 à la suite d'un spectacle de Gilles Vigneault et présidé successivement par Dolorès Duquette, Jean-Louis Roux et Antonine Maillet.

« Artiste pour la paix »

Média : Radio

Émission : Signes des temps

Date de diffusion : 10 février 1991

Invité(s) : Simonne Monet-Chartrand

Ressource(s) : Françoise Guénette, Louis Martin

Durée : 24 min 01 s

Dernière modification :
14 novembre 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
La jeunesse militante de Simonne
Radio
20 min 20 s
Militante dans la Jeunesse étudiante catholique, Simonne Monet-Chartrand y reçoit une formation sociale qu'elle appliquera toute sa vie.
Un couple engagé
Télévision
23 min 01 s
Simonne Monet-Chartrand s'entretient avec Mireille Lanctôt au sujet de son mariage avec Michel Chartrand.