Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Syndicalisme · Un couple engagé

Vous devez ouvrir une session pour commenter ce clip.

Le corps de ce géant parmi les rares géants (en reste-t-il?) a fini par céder à l'usure. Mais son esprit vibrant demeure : que vive toujours l'esprit de Michel Chartrand, notre grand frère à tous et toutes, ce porte étendard de la justice sociale, avec ou sans assez de justesse peu importe.
Cet homme ne perdait pas de vue ce pourquoi les institutions, les programmes, les mesures de toutes sortes, les fonctions données à l'un ou l'autre, quoi et qui tout ça devait SERVIR.

En effet, il serait tant qu'on couvre sa mémoire au moins de tous les honneurs que nous avons inventés : il les mérite tous ! (Ma démesure qui parle de mon attachement à la cause de cet homme et à son plus sonore défenseur)
Samedi je serai accrochée à mon téléviseur ; je n'ai plus la santé pour y être physiquement. Je serai avec touts ceux et celles qui célébreront sa mémoire.
Longue survie à la mémoire de l'un de mes héros
Ma sympathie profonde à sa famille et à tous ceux et celles qui l'ont connu et pleure sa disparition physique. Mon soutien à tout ceux et celles qui souhaitent faire en sorte que jamais il ne soit oublié

Il faudra donner son nom à un lieu de rassemblement chacun dans notre localité : Michel Chartrand a travaillé PARTOUT au Québec et partout, on se rappellera de sa fougue contre l'injustice, le déni, le mensonge éhonté du Pouvoir (l'État, les forces de l'ordre public, ou la propriété privée compagnies etc.) à chaque fois que le Pouvoir public oublie pour qui il existe et ce qui lui donne sa légitimité; et à chaque fois que la propriété privée oublie la loi du partage (et souvent, nous investissons dans leurs projets), oublie qu'il ne vit pas seul et que rien n'existe QUE pour servir ses intérêts égoïstes. La «loi du plus fort ou de la jungle» alimente les guerres, ne civilise pas, au contraire.
L'injustice faisait mal à Michel Chartrand.

Il criait de DOULEUR

Soumis par : Catherine Cécile DUBUC, Québec


Un couple engagé

Date de diffusion : 8 janvier 1984

La veille de son mariage avec Michel Chartrand, le 16 février 1942, Simonne Monet écrit dans son journal sa « solennelle déclaration d'amour ». « Je choisis d'être la compagne de Michel, de partager sa vie, en accord avec son idéal de justice sociale et politique », écrit-elle. Elle déclare vouloir épouser le jeune homme « en toute lucidité », et ce en dépit de l'opposition de certains membres de sa famille qui jugent cette union « non raisonnable et trop idéaliste ». Avec simplicité et générosité, Simonne partage les souvenirs de cette rencontre qui a changé le cours de sa vie.

Après avoir obtenu son brevet d'enseignement, Simonne Monet-Chartrand suit les cours d'histoire du Canada de l'abbé Lionel Groulx et de Guy Frégault à l'Université de Montréal, de 1938 à 1942. La jeune fille s'inscrit également à l'École d'action sociale fondée en 1931 par sœur Marie Gérin-Lajoie.

En 1940, elle rencontre Michel Chartrand, alors militant dans la Jeunesse indépendante catholique. Contrairement à Simonne, ce dernier est issu d'une famille nombreuse d'ouvriers qualifiés. Opposés à l'union de leur fille avec un jeune homme à l'avenir incertain, les parents de Simonne l'envoient à Chicago pour qu'elle oublie son fiancé. En vain.

Par son mariage, la jeune femme rompt avec son milieu bourgeois et déclare alors avoir choisi l'« option Chartrand », une vie d'engagement à contre-courant. Elle écrit dans son autobiographie, en guise de credo : « Choisir de rompre avec un milieu bourgeois pour devenir la compagne de Michel, pour le meilleur et pour le pire. Opter avec Michel, dans un esprit de revendication et de pauvreté, de nous associer aux luttes des citoyens et citoyennes les plus défavorisés d'ici et d'ailleurs. Essayer de bâtir ici une société socialiste, c'était et c'est encore aller au devant des difficultés. »

Un couple engagé

• L'union des fiancés est bénie par le chanoine Lionel Groulx à la chapelle du Sacré-Cœur de l'église Notre-Dame, le 17 février 1942. L'abbé Groulx baptisera aussi les sept enfants du couple, emmaillotés dans un grand drapeau fleurdelisé.

• De 1943 à 1954, peu après son mariage, Simonne Monet-Chartrand est conférencière au Service de préparation au mariage (SPM) organisé par la Jeunesse ouvrière catholique. Pour la première fois, des laïcs s'adressent à de futurs couples. Auparavant, les cours prénuptiaux étaient entièrement rédigés et donnés par des religieux.

• Né à Outremont en 1916, Michel Chartrand fait ses études classiques et passe deux années à la Trappe d'Oka. En 1936, il se joint à la Jeunesse indépendante catholique et devient dirigeant national. Il milite au sein du Bloc populaire et participe à la campagne contre la conscription en 1942.

• Michel Chartrand fait ses débuts dans le syndicalisme lors de la célèbre grève des mineurs d'Asbestos en 1949. Organisateur syndical, il participe à toutes les grandes grèves des années 1950. Il est arrêté et incarcéré à maintes reprises. De 1968 à 1978, il préside le Conseil central des syndicats nationaux de Montréal.

Un couple engagé

Média : Télévision

Émission : Second Regard

Date de diffusion : 8 janvier 1984

Invité(s) : Michel Chartrand, Simonne Monet-Chartrand

Ressource(s) : Myra Cree, Mireille Lanctôt

Durée : 23 min 01 s

Musique utilisée avec la permission de Harmonia Mundi.

Dernière modification :
18 avril 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Vivre avec Michel Chartrand
Télévision
11 min 52 s
« Michel Chartrand, c'est un paradoxe », de dire Simonne Monet-Chartrand à propos de son mari…
L'épreuve de la crise d'Octobre
Télévision
1 min 59 s
Détenu à la prison de Parthenais pendant quatre mois, Michel Chartrand est libéré le 16 février 1971.