Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Syndicalisme · Le syndicalisme au Canada français

Le syndicalisme au Canada français

Date de diffusion : 30 avril 1970

« Personne ne niera que nous vivons à une époque troublée, dans un climat de tension sociale sans précédent. Qui sera en grève demain? L'Hydro-Québec? Les hôpitaux? Les professeurs? Les postes? On ne sait pas... ».

C'est avec ces mots que l'animatrice Colette Devlin amorce une série de dix émissions consacrées à l'histoire du syndicalisme au Canada français et diffusées au printemps 1970 dans le cadre de Si femme savait.

L'invité, Richard Desrosiers, est professeur d'histoire à l'Université du Québec à Montréal. Dans ce premier épisode, il parle de la situation des ouvriers à Montréal et à Québec dans les années 1860, période où l'industrialisation démarre au Québec et où les premiers mouvements syndicaux se manifestent.

Le syndicalisme au Canada français

• Dans la seconde moitié du 19e siècle, le capitalisme industriel donne naissance à une classe ouvrière diversifiée. Celle-ci se compose notamment d'immigrants, d'ouvriers sans qualification ou venus de la campagne en grand nombre et qui se laissent plus facilement exploiter, mais également de travailleurs qualifiés, plus instruits et mieux payés. C'est de cette dernière couche qu'émergent les chefs syndicaux.

Le syndicalisme au Canada français

Média : Radio

Émission : Si femme savait

Date de diffusion : 30 avril 1970

Invité(s) : Richard Desrosiers

Ressource(s) : Colette Devlin

Durée : 9 min 04 s

Dernière modification :
6 octobre 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
D'où viennent les Inuits et leur langue?
Radio
11 min 22 s
Le peuple inuit voit le jour aux environs du détroit de Béring, lieu de rencontre des cultures de Sibérie et du Sud-Est asiatique.
Faire des films au Québec
Radio
11 min 43 s
Le cinéma québécois cherche son public. Mais, croit Claude Jutra, il faut passer à un cinéma de recherche avant d'arriver au cinéma populaire.