Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Syndicalisme · Gérald Larose quitte la CSN

Gérald Larose quitte la CSN

Date de diffusion : 4 juin 1999

En mars 1999, Gérald Larose surprend tout le monde en annonçant qu'il ne sollicitera pas de nouveau mandat à la présidence de la Confédération des syndicats nationaux. Il tire sa révérence le 21 mai, après seize années passées à ce poste, un record dans l'histoire de la CSN.

Dans cette entrevue qu'il accorde deux semaines plus tard à Marie-France Bazzo, il évoque quelques moments forts de sa présidence, et livre ses réflexions sur le mouvement syndical qu'il défend.

Réputé pour son franc-parler, sa ténacité et son esprit rassembleur, Gérald Larose s'impose comme une figure incontournable du syndicalisme québécois.

Son premier mandat, en 1983, s'amorce dans un climat de morosité syndicale et de vives tensions internes au sein de la CSN. Sa présidence se déroule sur fond de récession économique, de privatisation et de mondialisation. Le monde du travail est en profonde mutation. La concurrence menace la survie de bien des entreprises. La précarité d'emploi, l'augmentation du travail à temps partiel et la sous-traitance affectent directement les syndiqués.

Dans ce contexte, Gérald Larose parvient à établir et à maintenir la cohésion au sein de la CSN, composée de syndiqués des secteurs public et privé.

Sous sa direction, et à l'instar des autres grandes centrales syndicales, la CSN revoit ses orientations. Car s'il faut protéger les droits des travailleurs, il faut aussi assurer la survie des entreprises. La CSN délaisse donc graduellement le radicalisme des années 1970 pour faire place à la concertation, notamment avec les employeurs et l'État, et devient un interlocuteur avec qui il faut désormais compter.

Gérald Larose quitte la CSN

• Septième d'une famille de onze enfants, Gérald Larose naît le 24 octobre 1945 dans le village de Bury, en Estrie (Québec).

• Il détient deux maîtrises, l'une en théologie, l'autre en service social.

• Spécialisé en organisation communautaire, il est travailleur social au Centre local des services communautaires Hochelaga-Maisonneuve, où il fonde un syndicat, une première dans le milieu des CLSC.

• Responsable provincial des CLSC pour la Fédération de la santé et des services sociaux, il passe ensuite au Conseil central du Montréal métropolitain, dont il est le président de 1979 à 1982. En juin 1982, il est élu premier vice-président de la CSN. Il en devient le président le 27 septembre 1983.

• Fortement impliqué au sein de la société québécoise, Gérald Larose est de toutes les tribunes sociales, politiques et économiques. Il a été un membre très actif de la commission Bélanger-Campeau sur l'avenir du Québec en 1990-1991.

• Parmi ses nombreuses activités depuis son départ de la CSN, Larose est professeur invité à l'École de travail social de l'Université du Québec à Montréal. En 2000-2001, il dirige la Commission des états généraux sur la situation et l'avenir de la langue française au Québec. Souverainiste convaincu, il est nommé à la présidence du Conseil de la souveraineté du Québec en 2003.

Gérald Larose quitte la CSN

Média : Radio

Émission : Indicatif présent

Date de diffusion : 4 juin 1999

Invité(s) : Gérald Larose

Ressource(s) : Marie-France Bazzo

Durée : 32 min 45 s

Dernière modification :
28 août 2009


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Louis Laberge, père du Fonds de solidarité
Radio
20 min 05 s
18 juillet 2002
Louis Laberge, une des principales figure du syndicalisme au Québec, s'est éteint le jeudi 18 juillet 2002, emporté par un arrêt cardiaque.
Jean Marchand, l'envol d'une colombe
Télévision
7 min 58 s
28 août 1988
Syndicaliste et homme politique au cœur de la révolution sociale des années 1950 au Québec, Jean Marchand s'éteint à l'âge de 69 ans.