Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Sécurité publique · Téléphoner ou conduire, il faut choisir

Téléphoner ou conduire, il faut choisir

Date de diffusion : 16 février 1997

Depuis la fin des années 1990, plusieurs études démontrent que le risque d'accident s'accroît lorsqu'un automobiliste parle au téléphone en conduisant.

En février 1997, Yanick Villedieu demande à François Richer, neuropsychologue, de lui expliquer pourquoi l'usage du téléphone cellulaire au volant constitue un danger pour la circulation. Selon le scientifique, il est difficile pour le cerveau humain d'effectuer de multiples tâches simultanément. Une conversation téléphonique peut grandement nuire à l'attention d'un conducteur, estime-t-il.

En novembre 2002, les chercheurs du laboratoire sur la sécurité des transports de l'Université de Montréal affirment que l'usage du téléphone cellulaire au volant augmente de 38 % les probabilités d'accident. Pour arriver à ce constat, une équipe menée par les professeurs Urs Maag et Claire Laberte-Nadeau a observé le comportement de 12 700 automobilistes utilisateurs de téléphones et de 23 300 conducteurs qui n'en possédaient pas.

Selon l'étude, l'attention des conducteurs risque d'être détournée par leur conversation ou la composition d'un numéro.

Pour la Société d'assurance automobile du Québec (SAAQ), toute source de distraction peut réduire la concentration d'un conducteur et ainsi augmenter le risque d'accident.

Par exemple, la conversation avec un passager, le fait de fumer, de manger ou de régler la radio peuvent provoquer des accidents au même titre que l'usage inadéquat d'un téléphone cellulaire. Se pencher pour ramasser un objet, se maquiller ou se coiffer tout en tenant le volant peut également nuire à l'attention nécessaire à la conduite automobile.

Téléphoner ou conduire, il faut choisir

• Après s'être attaquée à l'alcool au volant et aux excès de vitesse, la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) lance, en 2003, une campagne publicitaire contre l'utilisation du téléphone cellulaire au volant. La SAAQ suggère aux automobilistes de fermer leur téléphone portable lorsqu'ils conduisent et de se ranger sur le bord de la route pour l'utiliser.

• Depuis le 1er avril 2003, la province de Terre-Neuve-et-Labrador interdit l'usage du téléphone au volant, à moins de posséder un dispositif mains libres.

• La réglementation sur les téléphones cellulaires de Terre-Neuve-et-Labrador a résisté à des contestations devant les tribunaux.

• Les automobilistes terre-neuviens surpris en train de téléphoner en conduisant reçoivent une amende variant de 45 à 180 $ et accumulent quatre points d'inaptitude.

• En 2002, le gouvernement albertain se prononce contre l'interdiction du téléphone cellulaire au volant. Au même moment, la Ville de Toronto défend aux chauffeurs de taxi d'utiliser leurs téléphones lorsqu'ils conduisent.

• En 2005, une quarantaine de pays réglementent ou interdisent l'usage du téléphone cellulaire en voiture, dont l'Australie, l'Italie et le Japon.

Téléphoner ou conduire, il faut choisir

Média : Radio

Émission : Les Années lumière

Date de diffusion : 16 février 1997

Invité(s) : François Richer

Ressource(s) : Yanick Villedieu

Durée : 7 min 06 s

Dernière modification :
31 mai 2006


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Endeavour 1996 : mission scientifique STS-77
Radio
8 min 11 s
De nombreuses expériences scientifiques sont réalisées par Marc Garneau lors de son voyage de 1996.
Sauvés par les singes!
Radio
7 min
En faisant croître le virus de la polio sur des reins de singes, les scientifiques développent un vaccin pour prévenir la maladie.