Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Sécurité publique · Roulez prudemment

Roulez prudemment

Date de diffusion : 28 septembre 1958

Depuis des décennies, les policiers, les municipalités et les gouvernements du pays mènent des campagnes de prévention afin de réduire le nombre d'accidents de la route.

En 1958, le ministre québécois des Transports Antoine Rivard donne au journaliste Gaétan Montreuil sa définition d'une campagne de sécurité routière. Il demande aux gens qui conduisent sur les routes du Québec de prendre conscience « qu'en protégeant la vie des autres, ils protègent également la leur ».

Au 18e siècle, un réseau routier se dessine lentement dans les paroisses de la Nouvelle-France. Auparavant, les voies fluviales forment les principales voies de communication entre les différentes régions de la colonie, les chemins terrestres sont alors presque inexistants.

Le 29 avril 1716, afin d'éviter des accidents, l'intendant Michel Bégon affiche une première règle de la route aux portes des églises. Il interdit aux colons de faire trotter ou galoper leurs chevaux à moins de dix arpents de l'église.

Les règlements de la circulation au Canada et au Québec ont évolué parallèlement à l'amélioration de la performance des voitures et de la condition des chaussées.

Ainsi, en 1933, le ministère de la Voirie du Québec impose aux automobilistes une limite de vitesse de 20 milles à l'heure (30 km/h) dans les villes et de 30 milles à l'heure (50 km/h) en campagne. Dans les courbes, les descentes raides, aux croisements de chemins et sur les ponts, la limite imposée est de 8 milles à l'heure (12 km/h).

Roulez prudemment

• Dès 1906, les permis de conduire deviennent obligatoires au Québec.

• En 1928, le Canada compte 930 000 voitures, dont 13 300 taxis.

• De 1945 à 1953, le nombre total d'automobiles immatriculées double au Canada, passant de 1 160 000 à 2 500 000. Après la guerre, le développement de la société de consommation et la diminution du coût de production des véhicules permettent aux ouvriers de se déplacer en voiture plutôt qu'à bicyclette ou en tramway.

• En 1945, l'automobiliste canadien parcourt en moyenne 8800 km par an. Huit ans plus tard, il effectue 12 800 km par année.

• En 1955, 79 502 accidents se sont produits sur les routes du Québec, entraînant la mort de 715 personnes et en blessant 15 827 autres.

• Vingt-trois ans plus tard, en 1978, le Bureau des véhicules automobiles du Québec dénombre 214 227 accidents, 1765 morts et 57 317 blessés.

• Les ministères des Transports des provinces et les municipalités se chargent de la construction et de l'entretien des routes sur leurs territoires.

• De 1955 à 1978, 34 000 Québécois sont morts sur les routes et 870 000 ont subi des blessures.

• Les tragédies routières sont responsables de 2,6 % du total des décès au Québec en 1950, comparativement à 4,6 % en 1975.

Roulez prudemment

Média : Télévision

Émission : L' Actualité

Date de diffusion : 28 septembre 1958

Invité(s) : Antoine Rivard

Ressource(s) : Lucien Côté

Durée : 1 min 40 s

Début du clip silencieux.

Dernière modification :
9 juillet 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Circuler sans s'accrocher
Télévision
16 min 08 s
Le nombre croissant de véhicules de toutes sortes augmente les risques d'accidents.
Tester l'alcootest
Radio
15 min 32 s
En 1969, un journaliste boit quelques whiskys afin de vérifier l'efficacité d'un alcootest.