Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Religion et spiritualité · Un mode de vie en péril

Un mode de vie en péril

Date de diffusion : 25 mars 2000

Ce reportage de Maamuitaau sur la communauté d'Eastmain, diffusé en 2000, évoque les changements dans la vie de ses habitants depuis la construction du complexe La Grande.

Les eaux salées de la baie d'Hudson pénètrent désormais dans l'estuaire et rendent l'eau de la rivière Eastmain impropre à la consommation. La communauté doit se ravitailler à 160 kilomètres à l'intérieur des terres pour puiser de l'eau douce, comme l'explique la journaliste Emma Saganash.

Edward et Minnie Gilpin parlent des changements dans la vie de la communauté depuis la construction des barrages. « La vie moderne nous apporte de bonnes et de mauvaises choses. L'alcool, par exemple, détruit beaucoup de vies. Avec le gain facile de l'argent, nous avons aussi perdu la notion de partage », expliquent-ils à l'animatrice.

Minnie Gilpin parle de son grand-père qui a prédit la construction de la route du nord. Elle explique l'importance de l'enseignement des anciens aux jeunes, pour que ces derniers perpétuent les traditions et les croyances du peuple cri. Quand un aîné disparaît, il apporte avec lui son savoir. La première partie du reportage se termine sur des images d'anciens auxquels la communauté rend hommage.

Dans la deuxième partie du reportage, Emma Saganash s'entretient avec Peter Shecapio, qui résume les caractéristiques du programme de sécurité du revenu. Créé en 1975, ce programme vise à préserver le mode de vie traditionnel en venant en aide financièrement aux personnes qui chassent au moins 120 jours par an.

Peter Shecapio explique que certains bénéficiaires font une utilisation abusive du régime de compensation. Des comités locaux ont donc été mis en place dans les communautés afin de veiller à ce que les conditions du programme soient respectées.

Un mode de vie en péril

• En 1971, lors de l'annonce du projet hydroélectrique de la baie James, les Cris sont gouvernés par des structures politiques traditionnelles. Dirigées par huit conseils de bande, les huit communautés vivent alors de la chasse, de la pêche et du piégeage. Les territoires de chasse sont distribués en territoires familiaux sous l'autorité d'un maître trappeur (outchimau en cri).

• En 1971, 600 familles vivaient de la chasse, de la pêche et du piégeage. Ce nombre est passé à 1200 au cours des années 1980, en raison du programme de sécurité du revenu.

• Entre 1978 et 1995, le nombre de bénéficiaires du programme a varié entre 2704 et 3740 sur une population totale d'environ 11 000 habitants en 1995.

Un mode de vie en péril

Média : Télévision

Émission : Maamuitaau

Date de diffusion : 25 mars 2000

Invité(s) : David Cheezo, Gilpin Edward, Kenneth Gilpin, Minnie Gilpin, Peter Shecapio

Ressource(s) : Emma Saganash

Durée : 20 min 06 s

Dernière modification :
25 juillet 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
La signature d'un traité historique
Radio
36 min 52 s
Le 11 novembre 1975 est signée la convention de la baie James et du Nord québécois.
Le Grand Conseil des Cris
Télévision
15 min 45 s
« Le Grand Conseil des Cris est né de la nécessité de protéger les droits, les terres et les ressources des Cris », déclare Billy Diamond.