Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Pauvreté · Retour à une charité privée?

Retour à une charité privée?

Date de diffusion : 14 décembre 2002

Durant les années 1970, les failles des programmes sociaux gouvernementaux apparaissent. Par exemple, le chômage est à la hausse. Pour régler le problème, le gouvernement fédéral relève le seuil d'admissibilité à l'assurance-emploi. Certaines personnes n'ont plus droit à l'assurance-emploi et doivent vivre de l'aide sociale. Dès lors, le coût des programmes sociaux augmente.

Afin de réduire leurs dettes et leurs dépenses, les gouvernements se désengagent du domaine social, ce qui entraîne une augmentation de la pauvreté. Les organismes caritatifs sont appelés à répondre aux besoins qui ne sont pas comblés par l'État. Cela marque, du moins en partie, le retour à la charité privée.

Au tournant du 21e siècle, on assiste au retour de la charité privée. Une étude du journaliste André Picard réalisée au milieu des années 1990 en témoigne : « Les gouvernements et les entreprises se tournent de plus en plus vers les organismes caritatifs pour relever certains des défis que pose le 21e siècle : créer des emplois, redistribuer l'aide sociale et instaurer un sentiment d'appartenance, entre autres. »

De plus, d'après Léo-Paul Lauzon, professeur à l'Université du Québec à Montréal, les campagnes massives pour recueillir des dons montrent qu'on est en train de revenir à une charité privée.

Retour à une charité privée?

• Il existe 75 000 organismes caritatifs au Canada au milieu des années 1990, ce qui est deux fois plus que 20 ans auparavant. Ces organismes se répartissent en cinq catégories : lieux de culte (40 %), organismes d'aide sociale (16 %), enseignement (15 %), services communautaires (14 %) et santé (8 %).

• Les organismes de bienfaisance au Canada versent annuellement plus de 40 milliards de dollars sous forme de salaires et d'avantages sociaux. À cela s'ajoute plus de 50 milliards de dollars, divisés entre les programmes (65 %) et l'administration (15 %).

• La moitié des organismes caritatifs au Canada ont des recettes inférieures à 50 000 $.

• Selon les lois fiscales canadiennes, les organismes de bienfaisance et à but non lucratif peuvent être classés en six catégories : promotion de la religion, santé, promotion de l'éducation, soulagement de la pauvreté, culture, autres initiatives axées sur le bien-être des collectivités.

• Les lieux de culte recueillent près des deux tiers des dons des particuliers.

Retour à une charité privée?

Média : Radio

Émission : Ouvert le samedi

Date de diffusion : 14 décembre 2002

Invité(s) : Jean Panet-Raymond, Jean-Jacques Streliski

Ressource(s) : Michel Lacombe

Durée : 11 min 11 s

Dernière modification :
8 avril 2005


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
La charité s'il vous plaît
Radio
11 min 54 s
Au 19e siècle, la charité relève de la famille, de l'Église et de laïcs bénévoles.
Bienheureux les pauvres...
Télévision
6 min 17 s
La Société de Saint-Vincent de Paul s'implante au Canada en 1848. Elle est constituée de laïcs dévoués à la charité.