Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Immigration · Blanchisseur, métier de Chinois

Blanchisseur, métier de Chinois

Date de diffusion : 19 janvier 1988

En janvier 1988, à Winnipeg, un déménagement historique se prépare : la plus vieille buanderie traditionnelle chinoise au Canada, celle de la famille Ho King, est transférée au Musée des civilisations à Ottawa en vue d'une exposition. L'histoire de ses pièces d'équipement antiques témoigne d'une époque où le métier de blanchisseur était devenu presque la seule façon pour les Chinois de gagner leur pain.

Comme l'explique la journaliste Louise Beaudoin, Ho King est venu rejoindre son père en 1918, qui exploitait sa blanchisserie depuis la fin du 19e siècle.

Les Chinois développent leur propre industrie de la blanchisserie à partir des années 1870. Ils affichent leurs enseignes de Vancouver jusqu'à St. John's, Terre-Neuve. À Montréal, l'industrie de la blanchisserie devient, à la fin du 19e siècle, pratiquement un monopole chinois. En 1921, la ville aux cent clochers compte 368 blanchisseries chinoises pour une population de 1911 Chinois.

Les Chinois voient dans ce métier l'occasion de gagner leur indépendance économique et de faire travailler les membres de leurs familles. La plupart des établissements s'installent près du quartier des affaires afin de répondre à la demande des hommes d'affaires qui souhaitent faire nettoyer leurs chemises.

Mais le métier de blanchisseur reste pénible et monotone. Outre quelques femmes de ménage, qui travaillent à la maison, personne ne souhaite s'adonner à cette tâche ingrate et mal payée. Les travailleurs des blanchisseries passent leur journée à laver, repasser, emballer et livrer les vêtements.

L'industrie de la blanchisserie chinoise s'essouffle vers les années 1920. L'ouverture d'un trop grand nombre de blanchisseries et l'imposition de taxes spéciales forcent beaucoup de commerçants à fermer boutique. Plusieurs se tourneront alors vers la restauration, un domaine en pleine expansion.

Blanchisseur, métier de Chinois

• La compétition des Blancs, la mécanisation des appareils à partir de la fin des années 1940 et le vieillissement des premières générations d'immigrants chinois amènent la disparition des blanchisseries chinoises traditionnelles.

• Douglas Jung est le premier Sino-Canadien à se faire élire au Parlement fédéral. Il est député de la circonscription de Vancouver Centre de 1957 à 1962. Durant la Seconde Guerre mondiale, Jung s'enrôle dans les forces armées et se porte volontaire pour effectuer les missions canadiennes parmi les plus dangereuses dans le Pacifique.

Blanchisseur, métier de Chinois

Média : Télévision

Émission : Téléjournal

Date de diffusion : 19 janvier 1988

Invité(s) : Marian Brown, Ho King

Ressource(s) : Louise Beaudoin, Bernard Derome

Durée : 2 min 23 s

Dernière modification :
7 juillet 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Origines de la population chinoise canadienne
Radio
12 min 32 s
Arrivés en 1858, les immigrants chinois participent à la ruée vers l'or et à la construction des chemins de fer.
Des politiques d'immigration racistes
Télévision
7 min 38 s
Les Chinois établis au Canada depuis le 19e siècle sont traités comme des citoyens de seconde classe pendant près de cent ans.