Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Histoire · Ici la Maison de Radio-Canada

Période : 1963 - 1974

Ici la Maison de Radio-Canada

En 1973, plus de quatre ans après le début des travaux, la Maison de Radio-Canada trône fièrement au pied du pont Jacques-Cartier. Avant 1970, les bureaux et les centres de production de Radio-Canada à Montréal étaient dispersés à une vingtaine d'endroits. L'idée d'établir les installations de la société dans l'est de la ville émerge en 1958 et se concrétise la décennie suivante.

icone_tv
10 clips télé
icone_micro
6 clips radio

Expropriations dans le « Faubourg à m'lasse »

Date de diffusion : 23 septembre 1963

Avant que Radio-Canada prenne possession du terrain du quartier Sainte-Marie où elle allait construire ses installations, 678 familles, soit près de 5000 personnes, ont dû être expulsées. Le 1er octobre 1963, les maisons avaient été abandonnées. Des objets de toutes sortes jonchaient le sol au moment d'entreprendre la démolition.

Le journaliste Jean Ducharme a rencontré des résidents du quartier exproprié. Il s'est aussi entretenu avec le responsable du bureau de relogement et d'assistance aux locataires. Cet organisme créé par l'administration municipale dut reloger près de 225 des familles expropriées.

Au cours de l'automne 1963, les maisons et commerces du quartier tombent sous le pic des démolisseurs. Les travaux de destruction sont supervisés par la Ville de Montréal. À l'intérieur d'une superficie de 100 000 mètres carrés, près de 262 immeubles sont rasés.

La démolition des bâtiments se termine le 10 décembre 1963. Par la suite, il a fallu que la Ville refasse la canalisation, retire du sol les anciens égouts, les conduites d'eau ainsi que les câbles électriques et téléphoniques.

Au début de XIXe siècle, le quartier Sainte-Marie, situé en dehors des fortifications de la ville, est appelé Faubourg Québec. Il s'agit alors d'un territoire agricole peu peuplé. À partir de 1850, la révolution industrielle bouleverse la configuration de ce quartier situé en bordure du fleuve. Les activités du port favorisent le développement du secteur. Des usines s'y implantent. Des maisons sont alors construites afin de loger les ouvriers et leurs familles.

Expropriations dans le « Faubourg à m'lasse »

• À l'époque de la démolition, le secteur fait partie du quartier Sainte-Marie, nommé plus familièrement le « Faubourg à m'lasse ». En 2003, le quartier Centre-Sud l'intègre.

• À la fin du XVIIIe siècle, la brasserie Molson s'installe au bord du fleuve. Située près des terrains convoités par Radio-Canada, l'entreprise est à l'origine du développement industriel du quartier Sainte-Marie.

• Même si plusieurs des logements démolis étaient de véritables taudis, quelques édifices dignes d'intérêt ont dû être rasés. L'atelier du sculpteur Armand Vaillancourt fut détruit ainsi que la chapelle Saint-Antoine des pères franciscains et le couvent des petites sœurs franciscaines.

• La maison Lacroix, une maison de ferme datant de l'époque de la Nouvelle-France, fut démantelée puis reconstruite dans un village historique à Chambly.

• Douze épiceries, treize restaurants, huit garages, quatre imprimeries et une vingtaine d'usines sont détruits par la métropole pour faire place à Radio-Canada.

• En 1955, certains logements du quartier Sainte-Marie avaient déjà été rasés pour permettre l'élargissement du boulevard Dorchester (aujourd'hui René-Lévesque). La construction de l'autoroute Ville-Marie dans les années 1970 entraîna également des démolitions dans ce secteur de la ville.

Expropriations dans le « Faubourg à m'lasse »

Média : Télévision

Émission : Aujourd'hui (1962-1969)

Date de diffusion : 23 septembre 1963

Invité(s) : Yvon Labbé, André Lajoie, Armand Vaillancourt

Ressource(s) : Jean Ducharme

Durée : 11 min 25 s

Dernière modification :
6 juillet 2011


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
16 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
Raymond David, vice-président de Radio-Canada
Radio
7 min 34 s
Au début de l'été 1968, Raymond David accède à la vice-présidence des services français de Radio-Canada.
Raymond David défend la télévision publique
Télévision
3 min 46 s
Interviewé par Wilfrid Lemoine en 1965, Raymond David explique le rôle démocratique de la télévision.