Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Histoire · Halifax renaît de ses cendres

Période : 1917 - 1971

Halifax renaît de ses cendres

Le matin du 6 décembre 1917, une collision entre deux bateaux dans le port d'Halifax cause une énorme déflagration. Presque tout le district de Richmond est soufflé par l'explosion, qui laisse derrière elle 2000 morts et 9000 blessés. Halifax, ville portuaire et de garnison construite au XVIIIe siècle pour défendre les troupes britanniques, n'en est pas à sa dernière tragédie, mais l'explosion de 1917 continue de vivre dans les mémoires.

icone_tv
13 clips télé
icone_micro
2 clips radio

Un matin, un 6 décembre 1917

Date de diffusion : 5 décembre 1987

Le port de Halifax est déjà en pleine effervescence, ce matin du 6 décembre 1917, lorsque le Mont-Blanc, un cargo français de la Compagnie Générale Transatlantique venant de New York et faisant une dernière escale sur le sol canadien avant de traverser l'Atlantique vers l'Europe en guerre, entre dans le port.

De son côté, l'Imo, un bateau affrété par la Commission du secours belge arrivant de Rotterdam et en route vers New York afin de récupérer du ravitaillement, vient de lever l'ancre.

À la suite d'une série d'incidents mineurs, l'Imo entre en collision avec le Mont-Blanc vers 8 h 45. Une collision qui aurait été banale en ce temps de guerre où le port de Halifax est fort achalandé, n'eût été la cargaison d'explosifs du Mont-Blanc. Après l'impact, l'Imo réussit à sortir du port tandis qu'une colonne de feu s'élève du navire français. Le capitaine Le Medec donne ordre à son équipage de quitter le navire, ce qu'il fit sans attendre, connaissant la dangerosité de la cargaison.

Sur deux bateaux de sauvetage, les marins du Mont-Blanc rament vigoureusement jusqu'à terre, sur la rive de Dartmouth. Dans leur fuite, ils tentent d'avertir les bateaux proches du danger. Mais comme ils parlent français, les équipages des autres navires ne réagissent pas. Tous les hommes du navire français arrivent sains et saufs au rivage. Criant aux gens à terre de fuir, ils courent dans les bois proches se mettre à l'abri.

Un matin, un 6 décembre 1917

• Le Mont-Blanc, un navire à vapeur, transporte un cargo dangereux : 2 300 tonnes d'acide picrique sec, 200 tonnes de trinitrotoluène (TNT), 10 tonnes de nitrocellulose et 35 tonnes de benzol, le tout formant un potentiel explosif important. L'équipage du bateau est composé de 41 marins, avec à leur tête Aimé Le Medec, capitaine depuis deux ans seulement, dont c'est le premier voyage à bord du Mont-Blanc.

• Vide lorsqu'il quitte son ancrage à Halifax, l'Imo, propriété de la Norwegian Southern Pacific Whaling Company, est un vaisseau neutre qui ne transporte aucun matériel de guerre. Son équipage est composé de Norvégiens, de Suédois, de Danois, d'un Hollandais et d'un Canadien français. Son capitaine, Haakon From, est Norvégien mais parle anglais.

Un matin, un 6 décembre 1917

Média : Télévision

Émission : Téléjournal

Date de diffusion : 5 décembre 1987

Invité(s) : Margaret Boulay

Ressource(s) : James Bamber, Céline Galipeau

Durée : 3 min 22 s

Dernière modification :
9 avril 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
15 clips dans ce dossier . page