Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Histoire · Halifax dévastée

Halifax dévastée

Enfants en route vers l'école, femmes partant faire leur marché, travailleurs du port et des alentours, des milliers d'habitants de la ville convergent vers le port pour voir l'incendie à bord du Mont-Blanc. La colonne de fumée blanche se voit à des kilomètres à la ronde et les gens s'agglutinent à leurs fenêtres pour mieux voir.

À 9 h 04, une déflagration balaie Richmond, le nord de Halifax et de Dartmouth, comme on le voit sur ces images tournées dans les jours suivant la catastrophe et diffusée en 1956 sur les ondes de CBC. La cargaison du Mont-Blanc vient d'exploser.

L'explosion, la plus importante créée par l'homme jusqu'à la bombe atomique, ravage le nord de la ville en quelques secondes. Quelque 1600 personnes meurent sur le coup et 9000 sont blessées. On parle de 2000 morts en tout. Treize mille édifices, selon certaines sources, sont soufflés et 6000 habitants se retrouvent instantanément sans logement. La destruction s'étend sur 131 hectares. Des débris volent à des kilomètres du port. Un morceau de l'ancre du Mont-Blanc pesant plus de 500 kilos est projeté à plus de trois kilomètres.

La déflagration cause un tsunami qui inonde plusieurs quartiers de Halifax et de Dartmouth. Des bateaux sont projetés sur le rivage. L'eau balaie des maisons entières, emportant avec elle des morceaux de métal. Au moins neuf personnes meurent à cause du tsunami. Des marins affirment avoir vu le fond de la mer. Mais contrairement à ce que dit la légende, il n'y eut pas de cratère au fond du port.

Halifax dévastée

• Les pompiers de la ville se dépêchent sur les lieux de l'incendie à bord d'un des premiers camions motorisés de Halifax baptisé le Patricia. Aucun ne survit à l'explosion.

• Sous le choc de l'explosion, des arbres et des poteaux de télégraphe sont cassés en deux. Le quai 6 du port de Halifax a complètement disparu alors que les quais 7, 8 et 9 ne sont qu'un amas de débris.

• Des fenêtres à plus de 80 kilomètres de la détonation volent en éclats. Le choc a été ressenti jusqu'à Sydney, au Cap Breton, à 435 kilomètres de Halifax.

• Le nuage de fumée s'est à peine évanoui que la rumeur commence à courir : l'explosion est due aux Allemands. L'anti-germanisme, déjà existant à cause de la guerre, s'amplifie après le drame. Avant l'accident, les ressortissants allemands avaient l'obligation de se présenter aux autorités une fois par mois, mais quelques jours après, seize immigrants allemands sont arrêtés.

• Certains actes héroïques ont lieu au moment du drame. Ainsi, Vincent Coleman, employé comme régulateur pour le Canadian Government Railway au dépôt de marchandises du quai 6, refuse d'être évacué, restant à son poste pour tenter d'arrêter un train arrivant vers le port de Halifax. Il réussit à sauver des centaines de vie, la sienne exceptée.

Halifax dévastée

Média : Télévision

Images d'archives

Durée : 5 min 05 s

Clip silencieux

Dernière modification :
8 avril 2005


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Les morts du <i>Titanic</i>
Radio
12 min 14 s
Le film Titanic entraîne un afflux de touristes en Nouvelle-Écosse. Plusieurs victimes du naufrage ont été inhumées à Halifax.
Un matin, un 6 décembre 1917
Télévision
3 min 22 s
Il est 8 h 45 ce matin du 6 décembre 1917 lorsque deux bateaux entrent en collision dans le port de Halifax.