Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Histoire · Les Premières nations solidaires

Les Premières nations solidaires

Date de diffusion : 29 juillet 1990

La crise d'Oka devient pour les autochtones du Canada une occasion de revendiquer leurs droits territoriaux ainsi que leur autonomie politique et économique.

Le 29 juillet 1990, l'Assemblée des Premières nations organise au calvaire d'Oka une manifestation pacifique de soutien aux revendications mohawks. Mille cinq cents autochtones, dont certains venus d'Amérique du Sud, y prennent part. La journaliste Louise Beaudoin rapporte l'événement.

Une vingtaine de personnalités s'adressent à la foule rassemblée à Oka le 29 juillet 1990. Konrad Sioui, chef des Premières nations au Québec, rappelle que les Amérindiens souhaitent la paix, mais demandent aussi le respect de leurs droits. Dans son discours, Joe Norton, chef de bande des Mohawks de Kahnawake, affirme que la violence s'avère parfois nécessaire pour l'obtention de la justice.

Le député néo-démocrate Elijah Harper affirme pour sa part que les autochtones se font mieux entendre lorsqu'ils parlent « sans violence et sans armes ».

Pour soutenir les Mohawks, d'autres groupes autochtones au Canada ferment l'accès à des routes. Le 28 juillet 1990, des Micmacs de la bande d'Eel River Bar, au Nouveau-Brunswick, obstruent une route provinciale avec des voitures et des troncs d'arbres.

Le lendemain, au Manitoba, des Métis bloquent pendant quatre heures l'entrée du parc national historique de Batoche. À la différence des rebelles de Kanesatake, ils ne sont pas armés.

Les Premières nations solidaires

• Le 19 juillet f1990, le ministre fédéral des Affaires indiennes demande aux chefs amérindiens du pays de condamner l'action des warriors. La plupart des leaders refusent de répondre à l'appel lancé par Tom Siddon.

• Durant la crise, le regroupement des citoyens d'Oka (RCO) soutient les positions du maire Jean Ouellette. Le groupe menace de recourir à la violence si une manifestation d'appui aux warriors se déroule au centre de la municipalité.

• Le mouvement pour la paix et la justice à Oka et à Kanesatake s'oppose au RCO. Dirigée par huit personnes, dont la journaliste Myra Cree, l'organisation demande au premier ministre Brian Mulroney de reconnaître la légitimité historique des nations amérindiennes.

• Lors de la manifestation du 29 juillet 1990, le chef Billy Diamond de la Colombie-Britannique, Audrey McLaughlin, chef du NPD, et Herb Gray du Parti libéral critiquent le peu d'initiative du gouvernement fédéral dans la gestion de la crise d'Oka.

• Tout au long du siège, les policiers restreignent les allées et venues dans Oka et effectuent de nombreux contrôles de sécurité. Ils permettent cependant la circulation des convois de nourriture et le passage d'ambulances lors d'urgence médicale.

Les Premières nations solidaires

Média : Télévision

Émission : Téléjournal

Date de diffusion : 29 juillet 1990

Invité(s) : Elijah Harper, Joe Norton, Konrad Sioui

Ressource(s) : Louise Beaudoin

Durée : 2 min 49 s

Dernière modification :
13 mars 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
452 arrestations arbitraires
Télévision
3 min 35 s
Dix ans après la crise d'Octobre, le journaliste Jean Larin rappelle que les quelque 450 citoyens arrêtés n'ont jamais été inculpés.
Sous le choc de la crue des eaux
Télévision
2 min 54 s
Trois jours après le début de l'inondation, il est déjà temps de penser aux conséquences économiques et écologiques du déluge.