Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Histoire · Le Théâtre des variétés ferme ses portes

Le Théâtre des variétés ferme ses portes

Date de diffusion : 4 février 2000

Pendant plus de 30 ans, le Théâtre des variétés accueille un public fidèle venant des quatre coins du Québec, et le comédien Gilles Latulippe tient la barre de ce haut lieu du rire et du divertissement. Mais en février 2000, comme le montre ce reportage, il s'incline et annonce qu'il fermera son théâtre le 28 mai suivant.

Les grands maîtres du burlesque qui ont brûlé les planches de son théâtre ont disparu, la relève se fait rare et la tâche de direction, qu'il assume à lui seul, est devenue trop lourde.

Gilles Latulippe inaugure le Théâtre des variétés le 23 septembre 1967 et remporte très vite son pari : faire revivre la belle époque du burlesque, auquel plus aucun théâtre ne se consacre depuis l'avènement de la télévision et des cabarets dans les années 1950.

Il fait appel à des vétérans comme Olivier Guimond, Rose Ouellette, dite la Poune, Manda Parent et Juliette Pétry. À leurs côtés, il apprend l'art du burlesque, qui laisse une large place à l'improvisation et se transmet oralement depuis le début du 20e siècle.

La nouvelle génération de comédiens qui émerge dans les années 1970 est peu familière avec le genre. Latulippe décide d'en assurer la pérennité et s'en inspire pour écrire des pièces de théâtre, revues et comédies musicales. Tout au long des années à venir, elles formeront le cœur de la programmation de son théâtre.

Mais avec le temps, le public se fait vieillissant et ne se renouvelle plus. Le Théâtre des variétés trouve de moins en moins sa place dans le monde de l'humour des années 1990, où les monologuistes ont la cote.

Le Théâtre des variétés ferme ses portes

• La scène du Théâtre des variétés n'est pas étrangère à Manda Parent, la Poune et Juliette Petry. Elles y ont déjà joué dans les années 1930, dans ce qui s'appelait alors le théâtre Dominion. L'édifice a aussi abrité une salle de cinéma, Le Figaro. De 1965 à 1967, les Témoins de Jehovah l'utilisent comme lieu de culte. Une sorte de piscine aménagée dans la fosse d'orchestre sert alors pour les baptêmes.

• Après avoir changé de mains à deux reprises depuis sa fermeture en 2000, l'ancien Théâtre des variétés devient le Cabaret La Tulipe en septembre 2004, et se consacre notamment à la diffusion de spectacles de musique.

• Gilles Latulippe naît dans un quartier de l'est de Montréal le 31 août 1937. Il a un frère aîné, Bernard, né en 1935.

• Le jeune Latulippe déteste l'école, qu'il voit comme une prison. Son seul intérêt : apprendre à écrire au plus vite pour noter toutes les histoires drôles qu'il entend dès son plus jeune âge.

• Dans son autobiographie Avec un sourire, parue en 1997, Gilles Latulippe raconte qu'il était un enfant espiègle et farceur. Très tôt, il découvre ses talents de comique et trouve en sa mère, Blanche Fournier, et en sa grand mère maternelle, des alliées naturelles qui l'encouragent dans la voie de l'humour. Chez les Fournier, tout était prétexte à la fête et une blague n'attendait pas l'autre.

• Latulippe étudie l'art dramatique avec François Rozet, suit Paul Buisonneau et sa Roulotte dans les parcs de Montréal, et monte pour la première fois sur les planches en 1959 pour la création de La Bande à Bonnot à la Comédie canadienne.

• Le personnage du frère Nolasque, qu'il tient de 1959 à 1961 dans Bousille et les justes, de Gratien Gélinas, est salué tant par la critique que par le public, et marque les débuts de sa carrière professionnelle.

• Des années 1960 aux années 1990, Latulippe connaît une carrière florissante à la télévision et participe à de nombreuses séries très populaires comme La Boîte à surprise, Le Pirate Maboule, Cré Basile, Le Capitaine Bonhomme, Symphorien et Les Démons du midi.

• Il est intronisé au Temple de la renommée mondiale de l'humour en 1995. En 2000, il est fait chevalier de l'ordre de la Pléiade, association qui honore des personnalités ayant œuvré au développement de la francophonie. En 2004, il est décoré de l'Ordre du Canada.

Le Théâtre des variétés ferme ses portes

Média : Télévision

Émission : Les Nouvelles

Date de diffusion : 4 février 2000

Invité(s) : Gilles Latulippe

Ressource(s) : Gilles Sirois, Michèle Viroly

Durée : 2 min

Dernière modification :
1er mai 2006


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Olivier Guimond, aimé de tous
Radio
6 min 48 s
29 novembre 1971
En novembre 1971 disparaît celui que le Québec estime être son plus grand comique, Olivier Guimond.