Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Famille · La femme divorcée

La femme divorcée

Date de diffusion : 17 mars 1969

L'Institut Vanier de la famille et l'Office de révision du Code civil se sont intéressés au statut des Canadiennes divorcées de leur conjoint, un an après l'entrée en vigueur de la loi sur le divorce.

Il ressort de leur enquête que les trois quarts des femmes ne perçoivent pas la pension alimentaire à laquelle elles ont pourtant droit.

La journaliste Solange Chalvin et l'avocate Ethel Groffier relatent les revendications apportées par les femmes lors de cette enquête et envisagent les améliorations éventuelles.

Les femmes peinent à recevoir la pension alimentaire de leur ex-conjoint et souhaiteraient qu'un organisme se charge de la percevoir à leur place. Ainsi, elles seraient dispensées de la demander à leur ex-mari et seraient assurées de percevoir un revenu fixe, versé régulièrement.

Or, force est de constater que même lorsque le juge l'ordonne, les maris divorcés ne se conforment pas toujours à la décision de justice et, lorsqu'ils le font, l'insuffisance de la pension versée place certaines femmes sous la protection de la sécurité sociale.

La femme divorcée

• Lors du mariage, aucun texte de loi n'oblige la femme à prendre le nom de son mari. L'usage répandu s'est transformé en coutume ayant force de loi.

• Une fois divorcée, la femme souhaitant reprendre son nom de jeune fille n'a pas besoin d'entamer de procédure légale, mais doit s'acquitter de certaines formalités administratives requises.

• Au début des années 1960, la femme est dépourvue de toute capacité juridique au regard de la loi. Elle a besoin de son mari pour remplir des formalités administratives et signer les documents la concernant.

• Avant la réforme du droit de la famille, le législateur stipulait que la femme était obligée d'habiter avec son mari, qu'elle devait le suivre partout où celui-ci décidait de fixer la résidence de la famille.

• En 1968, il y eut 3202 séparations dans le district judiciaire de Montréal.

• En 1973, le gouvernement Trudeau crée le Conseil consultatif canadien de la situation de la femme. Il propose des améliorations aux lois concernant les pensions, l'impôt, les prestations aux parents, la santé publique, les pratiques d'emploi, l'agression sexuelle, les femmes battues, les droits de la personne et la réforme constitutionnelle.

• En 1976, Condition féminine Canada devient un ministère fédéral dont le mandat est d'assurer l'égalité des chances aux femmes.

La femme divorcée

Média : Télévision

Émission : Femme d'aujourd'hui

Date de diffusion : 17 mars 1969

Invité(s) : Ethel Grofier, Renée Larochelle

Ressource(s) : Solange Chalvin, Aline Desjardins

Durée : 10 min 31 s

Dernière modification :
18 janvier 2007


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Florence Bird
Télévision
3 min 07 s
La présidence de la commission est assurée par une journaliste connue sous le nom de plume d'Anne Francis.
Dépôt du rapport Bird à la Chambre des communes
Télévision
2 min 37 s
Trois ans après l'institution de la Commission, le rapport Bird est déposé à la Chambre des communes, en 1970.