Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Famille · Touche pas à ma garderie!

Touche pas à ma garderie!

Date de diffusion : 26 novembre 2003

L'accession au pouvoir des libéraux de Jean Charest en avril 2003 met en péril l'universalité des services de garde. En novembre 2003, le gouvernement Charest revient sur son engagement électoral de ne pas hausser les tarifs. La contribution exigée des parents passe de 5 $ à 7 $ à partir du 1er janvier 2004. Québec menace également de pénaliser les garderies pour le taux d'absentéisme des enfants. Comme l'explique le journaliste Jean Dussault, face au tollé général, le gouvernement libéral renonce finalement à cette mesure controversée.

En juillet 2004, le gouvernement du Québec effectue de nouvelles compressions budgétaires dans les garderies privées et les centres de la petite enfance. Le gouvernement Charest, qui avait déjà réduit de 2,6 % le budget alloué aux services de garde en 2003, reconduit cette mesure pour 2004. Le milieu de la petite enfance accueille avec inquiétude ces nouvelles compressions qui entraînent un manque à gagner de plus de 15 000 $ pour un CPE de 60 places. Au problème du financement des garderies s'ajoute celui de la rémunération des éducatrices membres de la CSN, qui revendiquent l'équité salariale, un dossier toujours en suspens en juin 2005.

Touche pas à ma garderie!

• Le mouvement de syndicalisation du personnel des garderies sans but lucratif commence en 1980 sous l'impulsion de la CSN. En 1988, la centrale syndicale proteste contre les salaires dérisoires des éducatrices, qui gagnent en moyenne 8,60 $ de l'heure, ce qui représente un taux horaire inférieur à celui des gardiens de zoo.

• Le règlement sur les centres de la petite enfance stipule qu'au moins deux éducateurs ou éducatrices sur trois dans les CPE doivent posséder une formation en petite enfance, de niveau collégial ou universitaire, et que tous doivent avoir réussi un cours de premiers soins. En 1999, pour répondre à ces exigences, un projet de formation du personnel est mis sur pied.

• Pionnière sur le plan des politiques familiales conciliant travail et vie familiale, la Suède adopte des mesures pour encourager le travail des femmes mariées dès la fin des années 1960. Des services municipaux de garde des jeunes enfants sont organisés.

• Toutefois, à partir des années 1990, les dépenses du gouvernement suédois consacrées à la petite enfance sont réduites. Alors que 85 % des mères d'un enfant de moins de 4 ans travaillaient en 1990, elles ne sont plus que 77,5 % en 2002.

Touche pas à ma garderie!

Média : Radio

Émission : Sans frontières

Date de diffusion : 26 novembre 2003

Invité(s) : Jean Charest, Dany Chartrand, Johanne Roy, Jean-Michel Tremblay, Rémy Vincent

Ressource(s) : Jean Dussault, Michel Labrecque

Durée : 10 min 09 s

Dernière modification :
17 juin 2005


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Oka et les droits autochtones
Radio
5 min 50 s
Selon le chef innu René Simon, la crise d'Oka a fait connaître la réalité autochtone aux Québécois.
L'enfance d'Oliver Jones et d'Oscar Peterson
Radio
6 min 33 s
Le musicien de jazz montréalais Oliver Jones raconte la réalité des Noirs dans le quartier de la Petite-Bourgogne.