Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Famille · Les parents critiquent le plan Bacon

Les parents critiquent le plan Bacon

Date de diffusion : 21 mai 1974

En janvier 1974, la ministre d'État aux Affaires sociales, Lise Bacon, est chargée de trouver une solution au problème épineux des garderies. La ministre propose une politique en matière de service de gardes, le « plan Bacon ». Ce plan renvoie aux parents la responsabilité du financement, sauf pour les familles à faible revenu. La réaction est vive dans le milieu des garderies populaires, comme en témoigne ce reportage de l'émission Le 60 diffusé en 1974. Les parents critiquent le plan Bacon, car ils y voient une nouvelle forme d'assistance sociale et non pas l'établissement d'un réseau public de garderies.

Le plan Bacon accorde la priorité aux mères en situation monoparentale et aux familles défavorisées. Une subvention maximale de 5 $ par jour par enfant est versée aux familles à faible revenu par le ministère des Affaires sociales. Les garderies doivent se contenter d'une subvention de démarrage de 5000 $. La politique accorde donc peu de soutien direct aux garderies.

En 1974, le mouvement SOS Garderies réclame la révision du plan Bacon. Les lacunes du système sont dénoncées, notamment la quasi-absence de garderies en milieu de travail.

Le développement d'un réseau de garderies figure au programme électoral du Parti québécois en 1976, lorsque ce dernier prend le pouvoir. Le problème est d'autant plus urgent que dans la province seulement 6 % des enfants ont accès à une place en garderie. Il faudra pourtant attendre trois ans avant que le ministre Denis Lazure, responsable du dossier, adopte une politique de financement qui accorde pour la première fois des subventions directes aux garderies. En 1980, le ministre des Affaires sociales fait voter une loi qui conduit à la création de l'Office des services de garde à l'enfance.

Les parents critiquent le plan Bacon

• Première présidente de l'Office québécois des services de garde en 1980, Lizette Gervais était bien connue du grand public comme journaliste à Radio-Canada. En 1964, elle devient la première animatrice de l'émission Femme d'aujourd'hui. Elle est aussi la première femme à lire le bulletin de nouvelles au Téléjournal de Radio-Canada, en 1967.

• En 1983, l'Office des services de garde à l'enfance admet que le système ne répond qu'à 13 % des besoins. L'organisme recense alors 26 393 places réparties dans 560 garderies et 1519 chez des gardiennes reconnues, pour un total de 282 499 enfants de moins de 5 ans. La grande majorité des bambins est donc gardée au noir, sans que les parents reçoivent aucune aide de l'État.

• Le budget provincial consacré aux garderies passe de 3,8 millions de dollars en 1976-1977 à 7,2 millions de dollars lors de l'année financière suivante. Au tournant des années 1980, ce budget a presque doublé pour atteindre 16,2 millions de dollars.

Les parents critiquent le plan Bacon

Média : Télévision

Émission : Le 60

Date de diffusion : 21 mai 1974

Invité(s) : Lise Bacon, Colette Chatillon, Josette Desmarais

Ressource(s) : Claude-Jean Devirieux

Durée : 9 min 46 s

Dernière modification :
17 juin 2005


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Histoire du « projet du siècle »
Télévision
20 min 18 s
L'aspect financier des constructions de la baie James est à l'image du projet, gigantesque et démesuré.
Le pétrole du Mackenzie
Télévision
5 min 11 s
La vallée du Mackenzie, peuplée d'Amérindiens, regorge de pétrole et de gaz naturel.