Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Éducation · Les Inuits à l'école des Blancs

Période : 1949 - 2004

Les Inuits à l'école des Blancs

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les gouvernements prennent en charge l'instruction obligatoire des Inuits du Nouveau-Québec. Après des décennies d'imposition de modèles pédagogiques importés du Sud et de disputes sur les compétences constitutionnelles, les Inuits peuvent enfin déterminer leur propre système éducatif.

icone_tv
9 clips télé
icone_micro
10 clips radio

Cinq décennies d'éducation au Nouveau-Québec

Date de diffusion : 28 mars 1999

La première école fédérale au Nouveau-Québec ouvre ses portes en 1949. À la fin des années 1950, ce réseau d'écoles anglophones remplace celui des missionnaires. À partir de 1963, le gouvernement du Québec crée son propre réseau d'écoles, en trois langues : inuktitut, français et anglais. Les deux systèmes (fédéral et provincial) sont transférés en 1978 à la commission scolaire Kativik.

Au Nouveau-Québec, les Inuits bâtissent leur propre administration scolaire, Kativik, dans la foulée de la Convention de la Baie James et du Nord québécois (1975). Pour poursuivre des études post-secondaires, les Inuits doivent encore s'exiler dans le sud du pays. L'abandon scolaire demeure très élevé. Et il n'y a pas d'emplois pour une population en plein boom démographique.

Aujourd'hui, chaque village inuit du Canada possède son école moderne, jusqu'à la fin du secondaire. Au Nouveau-Québec, pendant les trois premières années du primaire, l'enseignement est dispensé en inuktitut, la langue maternelle des Inuits. Par la suite, l'anglais ou le français langues secondes s'imposent progressivement.

Cinq décennies d'éducation au Nouveau-Québec

• Au XIXe siècle, des missionnaires anglicans, oblats et moraves offrent aux Inuits des cours d'arithmétique et d'écriture syllabique (chaque syllabe est représentée par un signe distinct). En 1956, le père oblat André Steinmann crée une école à Puvirnituq, en collaboration avec le gouvernement fédéral. Les écoles de missionnaires disparaissent par la suite.

• Au recensement de 2001, la moitié des Inuits canadiens vivent au Nunavut, soit plus de 22 500 personnes. Le Nouveau-Québec (ou Nunavik) compte 9535 Inuits en 2001, soit 21 % de la population inuite du pays, répartie dans 14 villages : Akulivik, Aupaluk, Inukjuak, Ivujivik, Kangiqsualujjuaq, Kangiqsujuaq, Kangirsuk, Kuujjuaq, Kuujjuarapik, Puvirnituq, Quaqtaq, Salluit, Tasiujaq et Umiujaq.

• La scolarisation obligatoire provoque la quasi-disparition du mode de vie nomade des Inuits, basé sur la chasse aux petits mammifères marins, la pêche ainsi que la poursuite du caribou à l'intérieur des terres.

Cinq décennies d'éducation au Nouveau-Québec

Média : Télévision

Émission : Nunavut, notre terre

Date de diffusion : 28 mars 1999

Invité(s) : Michel Brault, René Dussault, Aipilie Kenayuak

Ressource(s) : Claude D’Astous, Charles Tisseyre

Durée : 9 min 49 s

Dernière modification :
31 mars 2009


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
19 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
Les premiers Jeux de l'Arctique
Radio
3 min 24 s
14 mars 1970
En 1970, Yellowknife est l'hôte des premiers Jeux de l'Arctique : une rencontre d'athlètes vivant au nord du 55e parallèle.
Mary Simon, présidente de la Société Makivik
Télévision
2 min 33 s
Dans un discours à Ottawa, Mary Simon, présidente de la Société Makivik, fait valoir l'intérêt des Autochtones pour l'économie canadienne.