Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Éducation · Ottawa présente ses excuses aux autochtones

Ottawa présente ses excuses aux autochtones

Date de diffusion : 7 janvier 1998

Le juge René Dussault a coprésidé la Commission royale d'enquête sur les peuples autochtones instituée en 1991. Déposé le 21 novembre 1996, le rapport de la commission consacre un chapitre entier aux pensionnats indiens, invitant le gouvernement à reconnaître ses torts dans le dossier des écoles résidentielles et à créer un fonds pour la guérison sociale.

Interviewé au lendemain des excuses solennelles prononcées par le gouvernement fédéral, le juge Dussault estime que cette déclaration est une étape fondamentale dans le processus de réconciliation. Cette première étape devra selon lui être suivie d'une sensibilisation du grand public au passé des autochtones.

En 1998, la ministre des Affaires indiennes et du Nord, Jane Stewart, présente des excuses officielles aux victimes des pensionnats, reconnaissant les injustices et les abus subis par les autochtones dans le régime des écoles résidentielles. Parallèlement, une société à but non lucratif, la Fondation pour la guérison des autochtones, est établie afin de gérer la subvention de 350 millions de dollars octroyée par le gouvernement fédéral.

Ottawa présente ses excuses aux autochtones

• Professeur de droit et directeur des hautes études à la Faculté de droit de l'Université Laval de 1966 à 1970, René Dussault sera ministre des Affaires sociales du Québec de 1970 à 1973. Nommé juge à la Cour d'appel du Québec, il devient membre de la Société royale du Canada et reçoit le médaille du barreau du Québec. Le juge Dussault reçoit un doctorat honorifique en droit de l'Université York en 1992 et de l'Université Dalhousie en 1997.

• Le coprésident de la Commission royale d'enquête sur les peuples autochtones est Georges Erasmus, ancien chef de l'Assemblée des Premières nations et ardent défenseur des droits des autochtones.

• Face à l'ampleur des préjudices subis dans les pensionnats, le chef de l'Assemblée des Premières nations, Matthew Coon Come, suggère la création d'une « Commission vérité et réconciliation » semblable à celle tenue en Afrique du Sud pour étudier les conséquences de l'apartheid. En 2001, Mgr Desmond Tutu, qui a présidé la fameuse commission sud-africaine, exprime son appui face à de telles démarches de la part des autochtones du Canada.

• Le Canada n'est pas le seul pays à poser des gestes pour se réconcilier avec sa population autochtone. Le 14 août 1998, le gouvernement de la Suède procède à des excuses officielles, reconnaissant les préjudices causés aux Samis, la population indigène du pays.

• En 2001, le Vatican a adressé des excuses aux peuples aborigènes d'Australie et de Nouvelle-Zélande pour les torts causés par l'Église catholique.

Ottawa présente ses excuses aux autochtones

Média : Radio

Émission : Les Actualités (radio)

Date de diffusion : 7 janvier 1998

Invité(s) : René Dussault

Ressource(s) : Jacques Beauchamp

Durée : 1 min 25 s

Dernière modification :
4 juin 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Des enfants autochtones déracinés
Télévision
3 min 43 s
Afin de soustraire les enfants à «  l'influence du wigwam », un réseau de pensionnats est érigé à la fin du XIXe siècle.
Métamorphose de l'Indien
Télévision
6 min 09 s
L'objectif avoué de l'éducation est d'opérer une transformation radicale : il faut « tuer l'Indien au cœur de l'enfant ».