Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Criminalité et justice · Pax Plante affronte la pègre

Période : 1946 - 1958

Pax Plante affronte la pègre

L'avocat Pacifique Plante, surnommé Pax, lutte contre le crime organisé et la corruption qui sévissent à Montréal au cours des années 1940 et 1950. Après son renvoi de l'escouade de la moralité, en 1948, Pax Plante dénonce la corruption présente au sein de la police. Avec Jean Drapeau, il participe à une enquête qui mènera à l'arrestation de plusieurs policiers.

icone_tv
5 clips télé
icone_micro
9 clips radio

Pax Plante dénonce la corruption policière

Date de diffusion : 15 septembre 1970

Pacifique Plante est au service de la ville pendant trois ans, sous les ordres de Jean Drapeau. Après que Sarto Fournier sera devenu maire de Montréal, à l'automne 1957, Plante est renvoyé pour une deuxième fois de son poste au service de police.

En septembre 1970, Andréanne Lafond rencontre Pacifique Plante au Mexique, où il vit en exil depuis 1958. Pax Plante lui livre ses impressions sur la façon dont la police montréalaise affronte le crime organisé.

Des menaces ouvertes forcent Pax Plante à vivre caché au Mexique à partir de 1958. Ses connaissances du crime organisé montréalais l'amènent à commenter le rapport de la Commission Prévost sur le crime organisé, paru en 1969.

Cette commission, créée en janvier 1967, est la première à étudier l'administration de la justice pénale et criminelle au Québec. Le rapport Prévost conclut que le crime organisé est toujours présent à Montréal et au Québec, et qu'il est lié aux grands empires criminels des États-Unis.

Le gouvernement Bourassa retient deux recommandations du rapport Prévost : l'intégration des corps policiers de la CUM et la création d'une enquête du gouvernement sur le crime organisé.

La tenue d'une nouvelle enquête sur le crime organisé pousse à s'interroger. La corruption policière était-elle vraiment généralisée? Lors de l'enquête Caron, a-t-on assisté plutôt à l'utilisation d'une enquête de moralité à des fins politiques?

Pax Plante dénonce la corruption policière

• Au cours de l'année qui suit le renvoi de Pax Plante en février 1958, les journaux feront état d'une augmentation du nombre des bordels et des débits de boisson clandestins dans la ville.

• Tout au long de sa carrière, Pacifique Plante s'est fait tirer plusieurs fois dessus. C'est pourquoi le service de police qui l'engageait lui fournissait une voiture blindée et l'autorisait à se promener armé.

• En 1970, Plante est choqué que l'État soit passé de la prohibition du jeu et des paris à la sollicitation publique par l'entremise d'une loterie gérée par le gouvernement.

• Selon Jean Drapeau, les grandes qualités de Pacifique Plante étaient son intégrité, sa fierté, sa patience et sa dévotion, tant envers son travail que pour ses amis.

• Pacifique Plante était un bricoleur, habile ébéniste, amateur de chemises de soie, de belles femmes et de théâtre. Il a lui-même construit deux yachts.

• L'avocat-policier était passionné d'enquêtes sur le crime organisé présent dans plusieurs villes nord-américaines. Même quand il vit au Mexique, l'ancien procureur se tient au courant de la situation du crime organisé à Montréal.

Pax Plante dénonce la corruption policière

Média : Télévision

Émission : Format 30

Date de diffusion : 15 septembre 1970

Invité(s) : Pacifique Plante

Ressource(s) : Andréanne Lafond

Durée : 5 min 54 s

Dernière modification :
17 février 2004


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
14 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
Jean Drapeau, l'homme aux mille projets
Télévision
11 min 19 s
12 août 1999
Maire de Montréal pendant plus d'un quart de siècle, Jean Drapeau décède le 12 août 1999 à l'âge de 83 ans.
La fièvre du jeu s'empare de Montréal
Télévision
4 min 41 s
9 octobre 1993
Le Casino de Montréal connaît une affluence hors du commun lors de son ouverture.