Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Criminalité et justice · Orphelins de Duplessis, enfants d'asiles

Période : 1948 - 2001

Orphelins de Duplessis, enfants d'asiles

Sous le règne de Duplessis, des enfants illégitimes sont étiquetés comme malades mentaux et internés dans des asiles. Ces « enfants du péché » sont victimes d'une manœuvre du gouvernement Duplessis afin d'obtenir des subventions fédérales. Au début des années 1990, les orphelins se mobilisent et réclament justice et réparation. Ils mènent un combat inégal pour sortir de l'amnésie collective qu'a longtemps entretenu la société québécoise à leur égard. Ils veulent enfin sortir de l'anonymat, de la honte…

icone_tv
10 clips télé
icone_micro
3 clips radio

Les orphelins se mobilisent

Date de diffusion : 24 janvier 1993

En 1993, le Comité des orphelins et orphelines institutionnalisés de Duplessis (COOID) engage un recours collectif afin d'obtenir réparation de la part du gouvernement du Québec et des communautés religieuses responsables des hôpitaux psychiatriques. Créée en 1992, cette association est chargée de « revendiquer pour des milliers d'orphelins sans voix leur dignité et leurs droits et d'exiger que justice leur soit rendue ». Le juge André Denis de la Cour supérieure rejette ce premier recours collectif des orphelins.

Les enfants illégitimes internés au Mont-Providence après 1955 grandissent dans un asile. Les contacts avec le monde extérieur sont presque inexistants : les grillages aux fenêtres et les clôtures qui entourent l'édifice attestent de cet enfermement.

Les enfants y côtoient arriérés mentaux et malades de tous acabits. Les orphelins travaillent régulièrement dans l'institution. Plusieurs enfants sont soumis à des traitements destinés aux malades mentaux : électrochocs, injections, camisole de force, cachot. Deux heures de classe par jour sont données par les religieuses aux enfants « éducables ».

En 1962, une commission d'enquête connue sous le nom de commission Bédard se penche sur la situation des hôpitaux psychiatriques dans la province de Québec. Le rapport révèle que les asiles sont surpeuplés et que la classification des « malades mentaux » est effectuée sans fondement scientifique. Les psychiatres responsables du rapport, dont le docteur Denis Lazure, critiquent âprement le système asilaire.

Peu après le dépôt du rapport, un mouvement de désinstitutionnalisation est amorcé : les orphelins internés, devenus des adultes, retrouvent leur liberté. D'autres n'ont pas attendu et se sont évadés des hôpitaux psychiatriques pour tenter de s'intégrer à une société qui leur est inconnue.

Les orphelins se mobilisent

• Certains enfants internés se retrouvent sous la protection d'une religieuse dévouée qui réussit à établir un climat sain dans son département. Toutefois, pour de nombreux orphelins, la vie dans l'asile se résume à des heures de travaux forcés. Plusieurs témoignages font état de sévices corporels et d'agressions sexuelles.

• Le rapport Bédard de 1962 révèle que, dans les hôpitaux psychiatriques, « l'évaluation de la déficience mentale du jeune malade laisse grandement à désirer avant et après son admission à l'hôpital ».

• Les auteurs du rapport estiment qu'au Mont-Providence environ 350 enfants, soit le tiers des patients de l'établissement, sont éducables et pourraient bénéficier d'une formation scolaire afin d'être réintégrés à la société. Or, l'hôpital ne compte que six professeurs, qui enseignent deux heures par jour.

• En 1960, le docteur Alphonse Couturier, ministre de la Santé dans le cabinet Lesage, annonce la création d'une commission d'enquête sur les hôpitaux psychiatriques. La commission est présidée par le docteur Dominique Bédard.

• Les deux autres membres sont le docteur Denis Lazure, directeur du département de pédopsychiatrie à l'hôpital Sainte-Justine, et le docteur Charles Roberts, directeur du Verdun Protestant Hospital et membre du comité d'experts de l'Organisation mondiale de la santé.

Les orphelins se mobilisent

Média : Télévision

Émission : Second Regard

Date de diffusion : 24 janvier 1993

Invité(s) : Hervé Bertrand, Marie-Thérèse Bourque, Vincent De Villiers, Francine Delongchamps, Robert Fauteux, Gisèle Fortier, Jeanne Grenier, Myriam Kelly, Denis Lazure, Denis Lecoq, Thérèse Paradis, Lise Pleau, Alice Quinton, Bruno Roy

Ressource(s) : Carole Vallières, Pauline Vanasse

Durée : 33 min 20 s

Dernière modification :
4 mars 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
13 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
Le scandale de l'orphelinat Mount Cashel
Radio
6 min 09 s
27 novembre 1989
Plusieurs membres d'une congrégation religieuse de Terre-Neuve sont accusés de violence morale, physique et sexuelle envers de jeunes pensionnaires.
Bruno Roy, l’orphelin devenu écrivain
Télévision
11 min 14 s
En 1992, l'écrivain et enseignant Bruno Roy raconte à Denise Bombardier son enfance passée à l'orphelinat.