Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Criminalité et justice · Orphelins de Duplessis, enfants d'asiles

Période : 1948 - 2001

Orphelins de Duplessis, enfants d'asiles

Sous le règne de Duplessis, des enfants illégitimes sont étiquetés comme malades mentaux et internés dans des asiles. Ces « enfants du péché » sont victimes d'une manœuvre du gouvernement Duplessis afin d'obtenir des subventions fédérales. Au début des années 1990, les orphelins se mobilisent et réclament justice et réparation. Ils mènent un combat inégal pour sortir de l'amnésie collective qu'a longtemps entretenu la société québécoise à leur égard. Ils veulent enfin sortir de l'anonymat, de la honte…

icone_tv
10 clips télé
icone_micro
3 clips radio

Enfants de Duplessis : des excuses... gratuites?

Date de diffusion : 4 mars 1999

Le 4 mars 1999, le premier ministre Lucien Bouchard présente des excuses officielles aux orphelins de Duplessis, assorties d'un fonds d'aide spécial de 3 millions. Le premier ministre refuse toutefois d'accorder des indemnités individuelles et de tenir une enquête publique sur cette question.

Après s'être entretenu avec Robert Perreault, ministre des Relations avec les citoyens, le journaliste Jacques Beauchamp recueille les réactions de Bruno Roy, président du Comité des orphelins de Duplessis. Ce dernier estime que le geste du premier ministre est insuffisant et manque de sincérité.

Dans sa déclaration ministérielle, le chef du gouvernement souligne parallèlement le dévouement et l'abnégation de milliers de religieuses et de religieux qui oeuvraient dans ces institutions spécialisées.

L'offre de Québec est catégoriquement rejetée par le Comité des orphelins de Duplessis, qui la juge « humiliante» . Quant au protecteur du citoyen, Daniel Jacoby, il critique lui aussi sévèrement la décision du gouvernement Bouchard de ne pas accorder d'indemnisations individuelles aux orphelins. Il souligne que, ailleurs au Canada, des compensations individuelles pour des dommages similaires ont été versées.

Enfants de Duplessis : des excuses... gratuites?

• La Loi sur les asiles d'aliénés de 1941 stipule que seules certaines catégories de personnes peuvent être internées dans des hôpitaux psychiatriques.

• Outre les « aliénés » proprement dits, les « idiots et les imbéciles » sont susceptibles d'être admis dans ce type d'établissement, mais seulement s'ils sont « dangereux, cause de scandale, sujets à des crises d'épilepsie ou atteints de difformité monstrueuse ». L'internement d'enfants illégitimes ayant certains problèmes de comportement était donc, même à cette époque, illégale.

• En plus des séquelles psychologiques, bon nombre d'orphelins continuent à porter le fardeau de leur lourd passé. Privés d'instruction, plusieurs vivent sous le seuil de la pauvreté. Selon les statistiques, 46 % d'entre eux vivent des prestations de bien-être social ou de chômage.

Enfants de Duplessis : des excuses... gratuites?

Média : Radio

Émission : Le Monde aujourd'hui

Date de diffusion : 4 mars 1999

Invité(s) : Robert Perreault, Bruno Roy

Ressource(s) : Jacques Beauchamp

Durée : 10 min 09 s

Dernière modification :
20 juin 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
13 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
Le scandale de l'orphelinat Mount Cashel
Radio
6 min 09 s
27 novembre 1989
Plusieurs membres d'une congrégation religieuse de Terre-Neuve sont accusés de violence morale, physique et sexuelle envers de jeunes pensionnaires.
Bruno Roy, l’orphelin devenu écrivain
Télévision
11 min 14 s
En 1992, l'écrivain et enseignant Bruno Roy raconte à Denise Bombardier son enfance passée à l'orphelinat.