Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Criminalité et justice · Sue Rodriguez perd sa bataille juridique

Sue Rodriguez perd sa bataille juridique

Date de diffusion : 30 septembre 1993

Sue Rodriguez apprend qu'elle a perdu sa bataille juridique. Déçue et très affaiblie par la maladie, elle tient toutefois à réagir publiquement au verdict de la Cour suprême du Canada, comme en témoigne ce reportage de Julie Miville-Deschênes.

À l'image du jugement, la société canadienne est profondément divisée sur la question du suicide assisté et de l'euthanasie. Mais peu importe le point de vue, il est toujours fondé sur la perception ou l'expérience que l'on a de la maladie, ainsi que de la déchéance et de la souffrance qu'elle engendre.

Le mouvement favorable à l'euthanasie et au suicide assisté s'est formé en réaction à une médecine jugée par trop paternaliste et longtemps portée à l'acharnement thérapeutique.

Pour ses partisans, autonomie, qualité de vie et dignité humaine sont les maîtres-mots. La mort, affirment-ils à l'instar de Sue Rodriguez, et le contrôle exercé sur le corps et la vie sont des droits individuels inaliénables. Au nom de quoi une personne malade, souffrant de manière inutile et parfois insupportable, devrait-elle accepter de remettre sa destinée entre les mains d'autrui?

À l'image des mouvements contre l'avortement et du jugement majoritaire de la Cour suprême, les détracteurs du suicide assisté invoquent le caractère sacré de la vie. Ils estiment que des soins palliatifs adéquats préservent la dignité du malade et sa qualité de vie. Ils craignent qu'une telle légalisation n'ouvre la porte à l'euthanasie.

Des abus seraient alors à craindre à l'égard des personnes inaptes au consentement ou vulnérables, comme les personnes âgées et les handicapés physiques ou mentaux, à qui on pourrait faire sentir qu'elles sont devenues des fardeaux émotionnels et financiers.

Sue Rodriguez perd sa bataille juridique

• Certains opposants à l'euthanasie appréhendent même un glissement vers l'eugénisme si jamais elle est légalisée. C'est ici le spectre du nazisme qui est agité. Sous le prétexte de purifier la race aryenne, Hitler avait ordonné l'euthanasie de 275 000 enfants et adultes atteints de maladies chroniques et de déficiences physiques et mentales.

• L'eugénisme (ou eugénique) est un « mouvement créé dans la perspective des principes darwiniens, en vue d'améliorer la race humaine, par l'élimination des facteurs de tares et par l'encouragement à la reproduction des sujets les plus sains ». Il connaît beaucoup de popularité dans les pays anglo-saxons à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

• Pour atteindre ses objectifs, l'eugénisme prévoit notamment la stérilisation sexuelle de personnes jugées mentalement déficientes et donc inaptes à assurer une saine reproduction de la race. Vingt-huit États américains et deux provinces canadiennes légifèrent en ce sens au début du XXe siècle.

• L'Aberta's Sterilization Act a été en vigueur entre 1928 et 1972. Sur les 4 725 stérilisations autorisées, 2 822 ont été pratiquées sur des enfants. La Colombie-Britannique a emboîté le pas avec le Sterilization Sexual Act, adopté en 1933 et abrogé en 1973.

Sue Rodriguez perd sa bataille juridique

Média : Télévision

Émission : Téléjournal

Date de diffusion : 30 septembre 1993

Invité(s) : Karen Murawsky, Svend Robinson, Sue Rodriguez

Ressource(s) : Julie Miville-Dechêne

Durée : 2 min 13 s

Dernière modification :
3 septembre 2004


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
L'Orégon autorise le suicide assisté
Télévision
14 min 49 s
Sue Rodriguez aurait sans doute félicité l'Oregon. Là, le suicide assisté est légal depuis 1997.
Tolérance de l'euthanasie aux Pays-Bas
Télévision
22 min 34 s
Quinze ans avant qu'ils n'autorisent la dépénalisation de l'euthanasie en 2002, les Pays-Bas tolèrent déjà cette pratique.