Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Criminalité et justice · Sue Rodriguez meurt dans l'illégalité

Sue Rodriguez meurt dans l'illégalité

Date de diffusion : 14 février 1994

En janvier 1994, Sue Rodriguez décide qu'il est temps d'en finir. Son corps en déroute la fait souffrir, chaque geste exige d'elle un effort surhumain. Elle a toujours fait face à la maladie avec courage et humour... mais depuis peu, elle constate que son langage est devenu presque inintelligible. Cette perte, la plus éprouvante d'entre toutes, la plonge dans un isolement insupportable.

Une semaine avant sa mort, Sue Rodriguez a confié vouloir partir avant de ne plus pouvoir exprimer ses volontés. Svend Robinson raconte avec émotion les derniers moments de son amie.

Le 12 février 1994, Sue Rodriguez se suicide avec l'aide d'un médecin et en présence du député néo-démocrate Svend Robinson. Ayant perdu sa bataille juridique quatre mois plus tôt, elle s'éteint dans l'illégalité.

Dans sa dernière intervention publique, une semaine avant sa mort, elle a dit souhaiter que ses efforts n'aient pas été vains et que « le ministre de la Justice présente bientôt un projet de loi qui donnera une autre option aux malades en phase terminale en légalisant le suicide assisté par un médecin ».

Le gouvernement ne tarde pas à réagir et met sur pied le Comité sénatorial spécial sur l'euthanasie et l'aide au suicide le 23 février 1994.

Pendant 14 mois, le Comité tient des audiences publiques pendant lesquelles des témoins de partout au Canada, mais aussi des Pays-Bas, se font entendre. Il reçoit des milliers de mémoires d'individus et d'organismes, ce qui démontre l'intérêt que porte les Canadiens à ces questions.

En juin 1995, le Comité recommande finalement que ni l'euthanasie ni le suicide assisté ne soient légalisés. Depuis, c'est le statu quo.

Sue Rodriguez meurt dans l'illégalité

• Peu de temps avant de mourir, Sue Rodriguez a demandé à l'une de ses amies, Helma Libick, d'être à ses côtés au moment de sa mort. L'amie s'est vue catégoriquement refusé ce droit par le médecin responsable d'assister la malade dans son suicide. Pour Helma Libick, il s'agit là d'un effet pernicieux d'un système qui punit la compassion par l'emprisonnement, et impose la solitude dans la mort à ceux qui cherchent à se la réapproprier.

• Né en 1952 à Minneapolis au Minnesota, l'avocat Svend Johannes Robinson est membre du Nouveau Parti démocratique du Canada et député de la Colombie-Britannique depuis 1979. Ardent défenseur des droits de l'homme, il n'hésite pas à s'engager publiquement dans des causes controversées.

• Svend Robinson a fait de la question du suicide assisté l'un de ses principaux chevaux de bataille. Il milite aussi pour la reconnaissance du mariage entre conjoints de même sexe. Il est le premier député fédéral à avoir déclaré publiquement son homosexualité en 1988.

• Svend Robinson a déposé, sans succès, un premier projet de loi privé (C-385) visant la décriminalisation du suicide assisté en décembre 1992. Il a récidivé dans les jours suivant la mort de Sue Rodriguez avec le projet de loi C-215, qui a été rayé du feuilleton en septembre 1994.

• La Gendarmerie royale du Canada a ouvert une enquête afin de déterminer si Svend Robinson avait enfreint la loi en étant présent au moment de la mort de Sue Rodriguez. Le corps policier a aussi tenté, sans succès, de retracer le médecin qui a accordé à Madame Rodriguez une aide médicale au suicide. En juin 1995, faute de preuve, les poursuites contre Svend Robinson ont été abandonnées.

Sue Rodriguez meurt dans l'illégalité

Média : Télévision

Émission : Téléjournal

Date de diffusion : 14 février 1994

Invité(s) : Don Boudria, Svend Robinson, Allan Rock

Ressource(s) : Guy Gendron

Durée : 2 min 20 s

Dernière modification :
9 avril 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Les Premières nations solidaires
Télévision
2 min 49 s
Des milliers d'autochtones rassemblés à Oka manifestent leur soutien aux Mohawks.
452 arrestations arbitraires
Télévision
3 min 35 s
Dix ans après la crise d'Octobre, le journaliste Jean Larin rappelle que les quelque 450 citoyens arrêtés n'ont jamais été inculpés.