Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Criminalité et justice · L'Orégon autorise le suicide assisté

L'Orégon autorise le suicide assisté

Date de diffusion : 3 septembre 1999

Tandis qu'en 1997 l'Oregon devient le premier endroit au monde à légaliser le suicide assisté, ailleurs aux États-Unis, cette pratique et celle de l'euthanasie demeurent rigoureusement interdites. Au Michigan cependant, le célèbre docteur Kervorkian, surnommé Doctor Death, fait la une en aidant illégalement des personnes malades à se suicider.

Mais comme l'explique le journaliste Frederic Zalac, l'Oregon a voulu se dissocier de ce genre de pratique en réglementant le suicide assisté de manière stricte. La nouvelle loi ne fait cependant pas l'unanimité chez les médecins de cet État américain.

En 1994, l'Oregon se prononçait en faveur de la Death with Dignity Act par référendum (51 % pour, 49 % contre). La constitutionnalité de la loi fut aussitôt mise en cause et la loi suspendue. Elle fut confirmée par référendum en novembre 1997, avec une majorité de 60 %.

Cette loi sert des hommes comme Patrick Matheny. Atteint de la sclérose latérale amyotrophique, comme Sue Rodriguez, Matheny pourra bénéficier de l'aide nécessaire au moment où il voudra mettre un terme à ses jours. Son histoire ici racontée est troublante.

Le cas Karen Ann Quinlan fut le premier à faire jurisprudence en matière d'euthanasie aux États-Unis en 1976. Devant le refus du personnel médical, les parents de la jeune fille demandèrent à la Cour suprême du New Jersey le débranchement du respirateur qui maintenait leur fille en vie depuis un an. La Cour acquiesça, mais à la surprise générale, Karen Ann Quinlan resta en vie jusqu'en 1986.

Pour prévenir de telles situations, la Californie instaura en 1976 le testament de vie (living will). De nombreux États l'ont depuis imitée.

L'Orégon autorise le suicide assisté

• L'affaire Quinlan a mis l'accent sur l'importance de respecter la volonté du malade. C'est dans cette perspective que le Congrès américain a voté le Patient Self Determination Act en 1991. La loi exige que tout patient qui se présente dans un hôpital soit informé de son droit de refuser ou d'accepter un traitement et de l'existence du testament de vie.

• Pour l'auteur Hubert Doucet, c'est l'obsession des Américains pour l'autonomie de l'individu qui les a amenés à privilégier le testament de vie et, dans le cas de l'Orégon, le suicide assisté. C'est ce qui expliquerait, selon lui, l'échec des référendums sur l'euthanasie tenus dans l'État de Washington en 1991 et en Californie en 1992.

• Dans les faits, l'Australie devient le premier pays au monde à légaliser l'aide au suicide en 1995, alors que le Territoire du Nord adopte le Rights of the Terminal III Act. Mais la loi, entrée en vigueur le 1er juillet 1996, est abrogée moins d'un an plus tard, en mars 1997. La question de l'euthanasie et du suicide assisté suscite depuis d'intenses débats au sein de la société australienne.

L'Orégon autorise le suicide assisté

Média : Télévision

Émission : Zone libre

Date de diffusion : 3 septembre 1999

Invité(s) : Patrick Matheny, Robert Matheny, Sean Matheny, Peter Rasmussen, William Toffler

Ressource(s) : Frédéric Zalac

Durée : 14 min 49 s

Dernière modification :
23 janvier 2006


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Tolérance de l'euthanasie aux Pays-Bas
Télévision
22 min 34 s
Quinze ans avant qu'ils n'autorisent la dépénalisation de l'euthanasie en 2002, les Pays-Bas tolèrent déjà cette pratique.
Sue Rodriguez appelle à l'aide
Télévision
3 min 49 s
En novembre 1992, Sue Rodriguez demande la légalisation du suicide assisté.