Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Criminalité et justice · OTS seize morts en France

OTS seize morts en France

Date de diffusion : 23 décembre 1995

L'OTS n'est pas mort dans la nuit du 4 au 5 octobre 1994. Le 16 décembre 1995, un chasseur français de Saint-Roman, dans le Vercors, est intrigué par la présence de voitures immatriculées en Suisse stationnées depuis plusieurs jours près d'un boisé. Il alerte la police. En Suisse et en France, plus d'une dizaine de membres de l'OTS sont portés disparus par leur famille depuis quelques jours. Trois enfants âgés de 6, 4 et 2 ans sont du nombre. Tous seront retrouvés dans une clairière, les corps disposés en cercle, calcinés. La doctrine de l'Ordre vient à nouveau de frapper. Bilan: 16 morts.

La scène qui s'offre aux policiers est insoutenable. À proximité de ce charnier, ils retrouvent plusieurs objets: cartables, lampes de poche, bidon d'essence, fioles de médicaments, ainsi que deux carabines et deux pistolets 9 mm équipés d'un silencieux. Comme à Salvan, Cheiry et Morin Heights, plusieurs fidèles ont été conduits de force vers Sirius lors d'une cérémonie religieuse longuement planifiée par les nouveaux dirigeants de l'Ordre; dans une des voitures, les policiers trouvent en effet une feuille de papier sur laquelle un cercle a été dessiné. L'emplacement de chaque victime y est clairement indiqué.

Familles des victimes, policiers et magistrats sont sous le choc. Personne n'avait pu anticiper ce nouveau drame. Pire, selon le juge suisse André Piller, chargé de l'enquête de Salvan et Cheiry, « rien, absolument rien, ne laissait penser que des personnes allaient reprendre le flambeau et organiser un tel drame », déclare-t-il à la télévision suisse. C'était sans prendre en compte le fanatisme de Christiane Bonet, psychothérapeute à Genève. Déçue de ne pas avoir fait partie du « premier voyage », elle aurait savamment repris les rennes de l'OTS pour organiser le « transit » du Vercors.

OTS seize morts en France

• Parmi les victimes du Vercors, les policiers retrouvent les corps d'Édith et de Patrick Vuarnet, la femme et le fils du célèbre champion olympique de ski Jean Vuarnet, connu aujourd'hui pour ses collections de vêtements et d'accessoires de sport. Tous deux étaient membres de l'OTS depuis le début des années 1990.

• Le suicide collectif du Vercors est encore plus terrible que les précédents puisqu'il a eu lieu sans les deux têtes pensantes de l'OTS, Luc Jouret et Joseph Di Mambro, dont les corps ont été retrouvés un an plus tôt à Salvan. Leur enseignement ésotérique à saveur apocalyptique leur aura toutefois survécu.

• Selon Thierry Huguenin, un des survivants de la secte, les victimes du Vercors ne savaient pas toutes qu'elles allaient mourir. Plusieurs auraient été entraînées dans cette clairière pour assister à un « phénomène » en ce solstice d'hiver. Lequel? Peut-être leur a-t-on fait croire que Luc Jouret ou Joseph Di Mambro, décédés à Salvan, allaient tous deux se matérialiser devant eux, estime l'ex-adepte.

OTS seize morts en France

Média : Radio

Émission : Radiojournal

Date de diffusion : 23 décembre 1995

Invité(s) : Maurice Fusier

Ressource(s) : Julien Bilodeau, Danielle Laurin

Durée : 6 min 40 s

Dernière modification :
4 mars 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Suicides collectifs ou meurtres?
Télévision
3 min 35 s
Octobre 1994. Cinquante-trois membres de l'OTS sont retrouvés morts, calcinés, en Suisse et au Québec.
Folie suicidaire à Saint-Casimir-de-Portneuf
Télévision
2 min 47 s
À Saint-Casimir, au Québec, cinq autres membres de l'Ordre se suicident en incendiant leur maison.