Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Criminalité et justice · Suicides collectifs ou meurtres?

Suicides collectifs ou meurtres?

Date de diffusion : 5 octobre 1994

L'horreur dans les villages suisses de Salvan et Cheiry. Dans la nuit du 4 au 5 octobre 1994, 48 personnes perdent la vie dans l'incendie de deux maisons. Accident? Non. Toutes sont membres de l'Ordre du Temple Solaire, une secte millénariste et apocalyptique dont plusieurs membres vivent également au Québec. Très vite, les policiers font le lien avec l'incendie d'une maison deux jours plus tôt, à Morin Heights dans les Laurentides. Cinq adeptes y ont été retrouvés morts. L'hypothèse du suicide collectif se confirme.

Rapidement, l'enquête policière lève le voile sur le drame. Guidés par le gourou, Luc Jouret, les adeptes de l'OTS voulaient fuir ce monde qui selon eux allait disparaître sous la folie des hommes à l'approche de la fin du siècle. La solution préconisée: les flammes, seuls moyens de purifier leur âme, qui devaient leur permettre d'accéder à une vie éternelle et paisible sur l'étoile Sirius. Un scénario farfelu auquel les fidèles de Jouret ont tout de même adhéré… au prix de leur vie.

Ce « transit vers Sirius » n'était pas voulu par tous, comme l'ont révélé plus tard les rapports d'autopsie. Car si plusieurs adeptes se sont enlevé la vie, lors d'une cérémonie funèbre, en avalant des barbituriques, un grand nombre a pris part au dernier voyage de la secte par la force. En effet, en Suisse et au Québec, plusieurs corps retrouvés par les enquêteurs portaient des traces de balles ou des marques d'assassinat à l'arme blanche. Depuis plusieurs mois, la secte vivait des tensions internes. Ce « suicide collectif » y a mis fin.

Suicides collectifs ou meurtres?

• Douze Québécois sont au nombre des victimes. Parmi eux, Robert Ostiguy, 50 ans, maire de Richelieu, sa femme Françoise, 47 ans, Jocelyne Grand'Maison, 44 ans, journaliste au Journal de Québec, Robert Falardeau, 47 ans, comptable au ministère des Finances du Québec et Jean-Pierre Vinet, 55 ans, ex-cadre d'Hydro-Québec. Leurs corps ont été retrouvés à Cheiry et Salvan, en Suisse, où ils s'étaient rendus quelques jours plus tôt à la demande des dirigeants de la secte.

• L'horreur attend les enquêteurs à Morin Heights. Dans la maison, la police trouve en effet le corps du jeune Emmanuel Christopher Dutoit, 3 mois, poignardé en plein cœur avec un pieu. Les têtes dirigeantes de la secte affirmaient qu'il était « l'antéchrist ». Son père, Antonio Dutoit, connaît une mort tout aussi tragique, sauvagement assassiné de 50 coups de couteau et battu à coups de batte de baseball.

• Le drame de l'OTS n'est pas sans rappeler le suicide collectif des adeptes du « Temple du peuple », le 18 novembre 1978, en Guyane. Ce jour-là, sous la houlette du gourou américain Jim Jones, 912 personnes se donnent la mort par empoisonnement. Plus près de nous, en mars 1997, ce sont 39 membres de la secte Heaven's Gate (la porte du paradis) qui, à la demande du gourou Marshall Applewhite, s'enlèvent la vie dans une maison en Californie. Eux aussi voulaient aller vivre une vie meilleure dans les étoiles.

Suicides collectifs ou meurtres?

Média : Télévision

Émission : Téléjournal

Date de diffusion : 5 octobre 1994

Invité(s) : André Piller

Ressource(s) : Bernard Derome, Michel Morin

Durée : 3 min 35 s

Dernière modification :
1er octobre 2009


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Les Premières nations solidaires
Télévision
2 min 49 s
Des milliers d'autochtones rassemblés à Oka manifestent leur soutien aux Mohawks.
452 arrestations arbitraires
Télévision
3 min 35 s
Dix ans après la crise d'Octobre, le journaliste Jean Larin rappelle que les quelque 450 citoyens arrêtés n'ont jamais été inculpés.