Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Criminalité et justice · Tragédie à l'École polytechnique

Vous devez ouvrir une session pour commenter ce clip.

Même après toutes ces années la stupeur de ces gestes gratuits et insencés nous font encore frémir.

Soumis par : louise dallaire


Tragédie à l'École polytechnique

Date de diffusion : 6 décembre 1989

Il est un peu passé 17 h lorsque des coups de feu éclatent dans les couloirs de l'École polytechnique. En plein tourbillon de la fin de session, les étudiants croient tout d'abord à une farce. Mais des corps de femmes tombent et l'horreur s'installe. Le tireur sème la mort sur trois étages de l'institution qui forme des ingénieurs depuis 1873. Au Téléjournal de 22 heures, Charles Tisseyre annonce la nouvelle de la tragédie.

Le tireur rôde dans les couloirs de l'école depuis 16 h, cachant un fusil semi-automatique dans un sac. Un peu avant 17 h 10, il abat sa première victime, une employée d'administration. Il entre ensuite dans une salle de cours où un étudiant est en train de faire une présentation. L'homme armé ordonne aux hommes et aux femmes de se séparer en deux groupes, il fait sortir les hommes. Il lance aux femmes: « Vous êtes une gang de féministes. J'haïs les féministes. »

Il tire une rafale de 30 balles sur les dix filles atterrées. Six d'entre elles sont atteintes mortellement. Une seule s'en tire indemne. L'homme continue son massacre dans les couloirs, tirant sur des femmes. À 17 h 25, il entre dans une classe du troisième étage. Encore une fois, il sépare les hommes des femmes, tire sur deux d'entre elles qui essaient de s'enfuir, puis sur les autres. Il se suicide ensuite d'une balle dans la tête.

Tragédie à l'École polytechnique

• Les 14 victimes sont : Geneviève Bergeron, 21 ans, étudiante en génie; Hélène Colgan, 23 ans; Nathalie Croteau, 23 ans; Barbara Daigneault, 22 ans; Anne-Marie Edward, 20 ans, étudiante en génie; Maud Haviernick, 29 ans, étudiante en génie; Barbara Maria Klueznick, 31 ans, étudiante en sciences infirmières; Maryse Laganière, 25 ans, employée de l'administration; Maryse Leclair, 23 ans, étudiante en génie; Anne-Marie Lemay, 27 ans, étudiante en génie; Sonia Pelletier, 28 ans, étudiante en génie; Michèle Richard, 21 ans, étudiante en génie; Annie Saint-Arneault, 23 ans, étudiante en génie; Annie Turcotte, 21 ans, étudiante en génie.

• Le tireur s'appelait Marc Lépine, il avait 25 ans. Né sous le nom de Gamel Gharbi, il était de père algérien et de mère québécoise. Homme apparemment sans histoire, il ne fumait pas, ne buvait pas, ne se droguait pas et n'avait aucun antécédent judiciaire ou psychiatrique. Pendant son adolescence, il avait été exclu des cadets des Forces armées canadiennes et se serait vu refuser l'admission à l'École polytechnique. Asocial, il aurait eu de la difficulté à se lier d'amitié avec les femmes.

• Fondée en 1873, l'École polytechnique de Montréal est, en nombre d'étudiants, la plus importante institution en génie au Canada, dépassant les facultés de génie des universités de Toronto et de Waterloo, en Ontario.

Tragédie à l'École polytechnique

Média : Télévision

Émission : Téléjournal

Date de diffusion : 6 décembre 1989

Invité(s) : Claude St-Laurent

Ressource(s) : Claude Gervais, Ruth Loiselle, Christine Saint-Pierre, Charles Tisseyre

Durée : 8 min 32 s

Dernière modification :
23 novembre 2009


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Les Premières nations solidaires
Télévision
2 min 49 s
Des milliers d'autochtones rassemblés à Oka manifestent leur soutien aux Mohawks.
452 arrestations arbitraires
Télévision
3 min 35 s
Dix ans après la crise d'Octobre, le journaliste Jean Larin rappelle que les quelque 450 citoyens arrêtés n'ont jamais été inculpés.