Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Société · Célébrations · Du poisson au menu!

Période : 1960 - 2003

Du poisson au menu!

Journée du rire ou fête des fous, la tradition du premier avril remonte à des temps anciens. Quelle qu'en soit l'origine, la coutume de fêter cette journée, symbolisant le renouveau avec l'arrivée du printemps, par des farces et attrapes fait surtout le bonheur des enfants, petits et grands. Qui n'a pas déjà rivalisé d'astuce pour coller un poisson dans le dos d'un ami à son insu?

icone_tv
8 clips télé
icone_micro
4 clips radio

L'art du faux

Date de diffusion : 1er avril 1988

Cette entrevue de Simon Durivage avec un fameux faussaire qui a réussi à duper le Musée des beaux-arts de Montréal en vendant de faux tableaux est une prise de choix en ce premier avril, jour de la mystification et des simulacres.

Les origines de la tradition du premier avril semblent multiples. La version la plus courante affirme que la coutume remonterait à l'année 1564 alors que le roi de France, Charles IX, prit la décision de modifier le calendrier. Le début de l'année civile fut alors déplacé du 1er avril au 1er janvier. Pour se moquer des mécontents qui continuaient à fêter le nouvel an en avril, on leur aurait offert des simulacres de cadeaux. Ces faux cadeaux se seraient nommés « poissons d'avril », car au mois d'avril le soleil quitte le signe zodiacal des Poissons.

Selon d'autres sources, la coutume de fêter le premier avril par des farces et attrapes serait plutôt liée à la fermeture de la pêche afin de protéger le frai. Pour taquiner les pêcheurs en eau douce, alors privés de poissons, on leur envoyait des harengs saurs.

L'art du faux

• Aux premiers temps de Rome, l'année comportait dix mois et débutait le 1er mars, d'où les noms de septembre, octobre, novembre et décembre, que portent encore les anciens mois de rang 7, 8, 9 et 10.

• Grand ordonnateur du temps, Jules César introduit une année formée de douze mois, créant ainsi le calendrier julien. Le Sénat de Rome décida de nommer un mois en son honneur : juillet. Son successeur Auguste donnera aussi son nom au huitième mois de l'année.

• Le calendrier julien servira longtemps de référence, mais il introduit un décalage entre l'année solaire et l'année calendaire. Ce décalage nuit aux savants calculs de l'Église qui doit fixer avec précision la date de Pâques. Le concile de Trente confie donc au pape Grégoire XIII le soin de réformer le calendrier.

• Le pape fait construire une tour d'observation au Vatican et nomme une commission de savants. Une bulle du pape édictée le 24 février 1582 rend public le nouveau calendrier. L'adoption du calendrier grégorien supprime dix jours entre le 4 et le 15 octobre.

• Selon certaines sources, c'est le calendrier grégorien qui aurait fixé le début de l'année au 1er janvier, date de la fête de la circoncision du Christ.

• Les pays protestants et orthodoxes tardent à adopter le calendrier grégorien. En Russie, son adoption est décidée par les bolcheviks après la révolution d'octobre 1917… qui a en fait eu lieu les 6 et 7 novembre.

• Les Romains avaient l'habitude de payer les intérêts de leurs dettes le premier jour de chaque mois. De ce jour appelé « calendes » vient le mot calendrier, qui désignait à l'origine le registre où sont inscrits les comptes jusqu'à ce qu'il en vienne à signifier la mesure du temps elle-même.

L'art du faux

Média : Télévision

Émission : Le Point

Date de diffusion : 1er avril 1988

Ressource(s) : Simon Durivage

Durée : 6 min 44 s

Dernière modification :
11 décembre 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
12 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
Poisson d'avril aux auditeurs
Radio
3 min 26 s
Dans un faux bulletin de nouvelles, Raymond Archambault annonce l'appui de Clyde Wells à l'accord du lac Meech.