Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Au fil des jours · Un mercredi de 1955 · Le Tintamarre

Le Tintamarre

Date de diffusion : 10 août 1955

Le mercredi 10 août 1955, les cérémonies officielles d'ouverture des fêtes du bicentenaire de la déportation des Acadiens ont lieu à Moncton. En reportage au Nouveau-Brunswick pour l'occasion, René Lévesque commente les nombreuses allocutions prononcées sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption.

Après les discours, toute l'Acadie fait entendre le « Tintamarre » d'ouverture des festivités. Les Acadiens font tout un vacarme avec leurs crécelles, leurs cuivres et des cris pour montrer qu'ils sont toujours bien vivants.

L'organisateur des festivités, Adélard Savoie, proclame l'ouverture du bicentenaire, une célébration de la survie du peuple acadien. Il porte l'habit traditionnel de Gabriel, qui fut séparé de son amour Évangéline lors de la déportation.

Puis, après quelques discours, Mgr Norbert Robichaud, archevêque de Moncton, récite la prière du bicentenaire avec la foule rassemblée devant l'église. Les réjouissances se déroulèrent du 10 au 16 août 1955, accompagnées de spectacles, de danses folkloriques et de fêtes en plein air. Pour l'occasion, plusieurs jeunes filles ont revêtu le costume d'Évangéline.

Le Tintamarre

• Entre 1755 et 1763, des milliers d'Acadiens sont déportés par l'Angleterre car ils refusent de prêter allégeance à la Couronne britannique. Leurs descendants se retrouvent désormais en Louisiane, au Québec, dans les Maritimes et en France.

• Peuplée de colons français depuis 1610, le territoire initial de Acadie est cédé définitivement à l'Angleterre en 1713. Le peuplement se limite alors à l'actuel territoire de la Nouvelle-Écosse. La France envoie ensuite des colons sur l'île Saint-Jean (Île-du-Prince-Édouard) et sur l'île Royale (île du Cap-Breton).

• Le premier embarquement des Acadiens, dépossédés de leurs biens et de leurs terres, eut lieu à Grand-Pré, en octobre 1755. Le village est demeuré un lieu symbolique de la déportation.

• Environ 7000 Acadiens sont déportés de la péninsule en 1755 et des milliers dans les années qui suivirent. Une bonne partie d'entre eux ont été assimilés dans les colonies de la Nouvelle-Angleterre.

• Au 18e siècle, un grand nombre d'Acadiens trouvent refuge sur les côtes de la Gaspésie, région où René Lévesque a passé son enfance.

• En décembre 2003, la ministre du Patrimoine canadien, Sheila Copps, promulgue, avec l'accord de la Société nationale de l'Acadie, le 28 juillet de chaque année « Journée de commémoration du Grand Dérangement ».

• L'année 2005 marque le 250e anniversaire de la déportation des Acadiens.

Le Tintamarre

Média : Radio

Émission : Bicentenaire des Acadiens 1955

Date de diffusion : 10 août 1955

Invité(s) : Émilie Brault, Babet Pawly, Norbert Robichaud, Adelard Savoie, Calixte Savoie, Gérard Turcotte

Ressource(s) : René Lévesque

Durée : 15 min 43 s

Dernière modification :
15 août 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Fémina
Radio
Longtemps animée par Thérèse Casgrain, l'émission propose aux femmes des informations, sous forme de sketches, sur leurs droits, responsabilité sociale et vie culturelle.
La Famille Plouffe
Télévision